Il y avait foule au Parc des Princes ce lundi après midi pour la conférence de presse d’Unai Emery, le nouvel entraineur du Pars SG , et d’ Hatem Ben Arfa (HBA). Plus d’une centaine de journalistes avait pris place dans l’auditorium situé au sous-sol du stade tandis qu’à l’extérieur plusieurs dizaines de supporters avaient fait le déplacement pour espérer voir leur nouvelle idole, HBA.

Et pour ce premier rendez vous médiatique de la saison, le Paris Saint Germain a innové en matière communication en proposant une présentation séparée des nouveaux visages parisiens. Nasser El Khelaifi et Unai Emery ont été les premiers à venir au devant des médias. Comme à l’accoutumé, le président du PSG a ouvert le bal. Il a commencé par rendre un très bref hommage à Laurent Blanc : « Nous avons beaucoup de respect pour ce qu’il a fait avec son staff pendant les trois années », a déclaré le dirigeant qatari. Avant d’enchainer sur sa joie d’accueillir le nouveau titulaire du poste : «Je suis très content d’avoir Unai Emery. C’était notre premier choix. Je savais qu’il avait envie de venir. J’ai décidé que le changement était nécessaire et qu’il fallait commencer un autre cycle avec un nouveau coach. Il a l’expérience. Il sait motiver. Il est proche des joueurs. Il lance des jeunes. C’est très important pour nous. Il travaille très dur. Il a un style de jeu très offensif que nous aimons. Nous partageons la même philosophie. Je suis sûr qu’il va beaucoup apporter au club et que nos supporters vont l’aimer. Notre grand objectif est d’aller plus loin en ligue des champions». Après les propos liminaires du président de Paris, ce fût au tour du triple vainqueur de l’Europa League de prendre la parole. Malgré la non-maitrise de la langue, le Basque a tenu à livrer ses premiers mots en français avant de continuer dans le jeu des questions-réponses en espagnol. « C’est une grande opportunité pour moi d’entrainer le PSG. C’est un grand défi. Le PSG a gagné beaucoup de titres. Je vais travailler pour améliorer l’équipe et respecter l’histoire du club », a précisé l’ex-entraineur de Séville. Le natif de Fontarrabie a ensuite poursuivi sur sa façon de travailler : « Tout le monde part de zéro avec moi. Chacun a sa chance. Je compte sur tous les joueurs car il y a beaucoup de compétitions et les exigences sont élevées. Je souhaite que 4 à 5 jeunes rejoignent le groupe professionnel. Je suis pour la video afin de  donner confiance et d’améliorer l’équipe. Je crois en l’agressivité, au positionnement sur le terrain, à la domination de l ‘adversaire et au jeu offensif ». Avant de quitter la salle pour la séance photo, l’Ibérique a osé un : « merci et allez Paris ! ».

Quelques minutes plus tard, ce fût au tour d’ Hatem Ben Arfa, flanqué de Nasser El Khelaifi, de faire son entrée en scène. Le natif de Clamart captera en grande partie l’attention de l’assistance. Après une première réponse on ne peut plus lapidaire ponctuée par un : « non », l’éternel espoir du football français s’est peu à peu déridé en confiant sa joie d’avoir signé dans son équipe de coeur. «Je suis chez moi. Je suis content d’être dans ce club qui a beaucoup d’ambition. Ce n’est que du bonheur,  s’’est félicité l’International tricolore. Il y a un an, j’étais au chômage. Je me retrouve maintenant dans un des meilleurs clubs du monde. En venant ici j’ai la possibilité de passer un palier ».  Détendu et capable de fulgurances d’esprit identique à celles qu’il produit sur le rectangle vert, le franco-tunisien s’est joué d’une question d’un journaliste du groupe Amaury (le Parisien, L’Equipe, France Football…) qui l’interrogea sur le choix du numéro 21 qu’il portera cette saison. Le facétieux milieu de terrain provoqua un rire général en affirmant qu’il avait choisi ces deux chiffres car il aimait beaucoup regarder la chaine l’Equipe 21. Avant de prendre congé de l’auditoire pour aller faire la traditionnelle photo avec son nouveau maillot, l’ex-pensionnaire du centre de formation de Lyon jeta de manière assumée une petite pierre dans le jardin de Didier Deschamps. Non sélectionné pour disputer le tournoi européen à domicile, le brillant technicien de 29 ans avoua que la tunique du Champion de France valait largement celle de l’équipe de France. « Entre faire l’Euro ou aller au PSG, je préfère avoir signé à Paris. Cela compense largement de ne pas avoir fait l’Euro », a conclu le néo-parisien.

@nassermabrouk