Il l’a fait maladroitement, mais le ministre de la Jeunesse et des Sports algérien, Hattab Mohamed, est sorti de la réserve que lui impose en principe son poste pour taper du  poing sur la table après la médiocre prestation  à domicile et troisième défaite consécutive des Fennecs face au Cap Vert (2-3)   Cette « gueulante » peut signifier  que  la fin de récréation est pour bientôt : «On a une équipe nationale qui dispose de toutes les qualités pour réaliser de belles choses, a pesté le patron du sport algérien,  on  a aussi des joueurs de niveau mondial. Même si ce n’est qu’un match amical, il est inacceptable de perdre contre cette sélection qu’on peut qualifier de chanceuse (sic)  de jouer contre l’Algérie ».

La maladresse d’un discours  à consommation locale  réside  dans ce manque évident de respect pour l’adversaire victorieux. Car aujourd’hui  le Cap Vert est bel et bien mieux placé  que l’Algérie au classement FIFA.   Par ailleurs, la menace  qui vise le staff technique est à peine voilée et il ne serait pas étonnant qu’un résultat négatif ou pire  une défaite humiliante  jeudi prochain à Lisbonne  contre le Portugal pourrait signifier la fin de l’expérience menée depuis huit mois par le trio Madjer-Menad-Ighil :  «Il faut maintenant bien retenir les leçons et corriger ce qui n’a pas marché, a conclu le ministre, et tenter de trouver les solutions pour aller de l’avant avec cette Equipe nationale. On ne doit pas rater les prochains matches ». Dossier chaud à suivre.

@2022mag.com