La grande expérience africaine du Zamalek a fait la (petite) différence devant la RS Berkane   dans une manche retour de la finale de la Coupe de la Confédération disputée et crispante.Même si on se dit que l’histoire aurait aussi belle si l’équipe chérifienne l’avait emporté dès ce premier coup d’essai.

A l’issue du match, l’entraîneur des White Knights cairotes, Christian Gross,  a montré une satisfaction à la mesure de l’attente des  fans et des dirigeants sevrés de titres continentaux depuis 2003. Au coeur « d’une nuit merveilleuse « , selon ses propos, le technicien suisse a dit toute sa satisfaction :  »  Nous sommes tous très heureux, bien sûr. Je suis content pour mes joueurs, ainsi que pour les fans de Zamalek. Nous avons passé une nuit merveilleuse; c’est fantastique de jouer devant un tel public. Il était important de ramener les géants à leur place méritée ».

Mais l’ancien entraîneur du FC Bâle (1999-2009) s’est également empressé de remobiliser ses joueurs en leur  rappelant qu’ils ont un titre national a aller chercher alors qu’il reste cinq matches à disputer dont trois en retard :  » La saison n’est pas terminée pour nous,  a-t-il ajouté, nous devons retourner au travail demain ».

C’est ce qu’a également martelé  son adjoint : « le Zamalek a été couronné champion en surmontant tous les obstacles auxquels il a été confronté depuis le début de la compétition, a confié Ayman Abdelaziz, c’est notre premier titre africain depuis des années et il nous motivera à travailler dur pour être couronné champion de la Premier League ». Sans compter qu’il y a également la coupe nationale en ligne de mire. Un triplé et une saison parfaite sont encore possibles pour les Zamalekois  Pour ce faire,  ils devront encore passer sur le corps de leur ennemi éternel, Al Ahly. Mais ça c’est une autre histoire.

 @2022mag.com