Arrivée en septembre sur le banc du Wydad  Casablanca en remplacement de Abdelhadi  Sektioui,  René Girard a semble-t-il bien réfléchi avant de dire oui au président . Et bien sur après avoir ris connaissance de l’organisation  des champions d’Afrique en titre, des moyens humains et techniques mis à sa disposition , sa décision a été confortée lorsqu’il a mesuré le soutien populaire et l’effervescence des fans auteur de leur club. : « Après mûre réflexion, je suis venu voir le président pour connaître de plus près le club et voir ses installations. C’est un challenge qui m’a beaucoup plu, en plus, on est allé voir le match contre Tanger et j’ai vu un public de feu. C’était extraordinaire. Cette ambiance de feu pousse les joueurs au-delà de leur limite. Je dirais que c’est un peu tout ça qui m’a poussé à m’engager avec le club. Je suis méditerranéen. Je suis sudiste, j’ai aussi le sang chaud. Tout ça me plaît ».

René Girard

René Girard

Et l’homme qui en a vu d’autres  dans sa longue carrière  et pour avoir  fréquenté le chaudron vert à Saint-Etienne et le Vélodrome de Marseille  s’est dit bluffé par l’ambiance qu’offre le stade Mohamed V :  » Je n’ai jamais vécu ça. Pourtant, je pense avoir une carrière assez longue. C’est vrai qu’il y a le Vélodrome et Geoffroy-Guichard, mais l’ambiance au complexe Mohammed V est fabuleuse. Vous avez des supporters qui vous encouragent pendant 90 minutes sans arrêt, c’est extraordinaire. Je pense que les supporters doivent continuer à nous encourager. C’est avec eux qu’on arrivera à réaliser de bons résultats. Il faut aussi que mes joueurs s’imprègnent de cette envie et de cette hargne du public. C’est un public exceptionnel ». A sang chaud sang chaud et demi.  Un cocktail fulgurant qui peut aider le Wydad à repartir en conquête après son élimination de la Ligue des champions et à l’orée d’une saison qui s’annonce très disputée en Botola.

@Cheikh Mabele