Aussi incroyable que cela puisse paraître Vahid Halilhodzic est sur la sellette au Maroc dont il vient pourtant de qualifier  de façon brillante l’équipe nationale au Mondial 2022.  Sa tête semble mise à prix par une partie des médias et des suiveurs des Lions de l’Atlas même si les obserateurs sensés estiment que limoger le Frans-Bosnien à quelques mois du grand rendez-vous planétaire serait non seulement injuste pour l’homme qui a aligné depuis qu’il est sur le banc  de la sélection 14 victoires en 17 matches et seulement deux défaites, mais également dangereux pour l’équipe qui devra réapparendre à travailler  sous la houlette d’un nouvel homme fort sur le banc. Pourtant, Vahid Halilhodzic garde une grosse côte dans le monde du football. N’a-t-on pas vu son nom cité dans les médias égyptiens  ces derniers jours lorsqu’il s’est agi de trouver un successeur à Carlos Queiroz il y a seulement quelques jours?

On ne sait pas si cela va éclairer le visage de l’ancien sélectionneur de l’Algérie, de la Côte d’ivoire et du Japon, mais le site officiel de la FIFA vient de publier un portrait flatteur de lui en  décrivant comment il s’y est pris pour fairr gagner les Rouge et Vert chérifiens. Extrait choisi. « À 69 ans, écrit le magazine, l’ancien attaquant du FC Nantes a récemment obtenu sa quatrième qualification pour la Coupe du Monde, cette fois à la tête du Maroc. Les Lions de l’Atlas seront présents à ce niveau pour la sixième fois de leur histoire, la deuxième consécutive. L’exploit est d’autant plus impressionnant que la sélection a connu de profonds bouleversements depuis Russie 2018, avec les départs de cadres comme Medhi Benatia, Mbark Boussoufa, Karim El-Ahmadi ou Nordin Amrabat. Halilhodžić a pourtant su former un groupe jeune et ambitieux, en associant des joueurs rompus aux exigences du très haut niveau comme Yassine Bounou, Romain Saïss, Youssef En-Nesyri ou Achraf Hakimi, et des espoirs en quête de reconnaissance, à l’image d’Azzedine Ounahi, Imran Louza, Zakaria Abuukhlal ou Ryan Mmaee. Avec ce mélange, les Marocains souhaitent rééditer l’exploit de Mexique 1986. À l’époque, une victoire sur le Portugal leur avait permis de forcer les portes de la seconde phase. Le Bosnien continue ses préparatifs, avec l’espoir d’améliorer encore ses statistiques personnelles ».

IMG-20220329-WA0083

 Une chose est certaine, le président de la Fédération marocaine (FRMF), Fouzi Lekjaa, qui s’est exprimé très récemment semble hésiter à remercier son sélectionneur tout en lui demandant de faire preuve d’un peu plus de souplesse dans le ccoix et la gestion de son groupe.Notamment avec le duo  les deux natifs des Pays-Bas, Hakim Ziyech et Noussair Mazraoui. À suivre.

@Cheikh Mabele 

 -