Depuis le début de la saison 2020-2021, le parcours de Zinedine Zidane  à la tête du Real Madrid est scruté comme jamais. Et le technicien franco-algérien a été souvent mis sur le grill lors des périodes creuses qu’a traversé son équipe.Les médias espagnols allant jusqu’à pronostiquer de façon récurrente son éviction avant la fin de son contrat en juin 2022. Le coach traditionnellement zen a fini  parfois par monter dans les tours mais sans jamais aller  au clash avec les journalistes.

A la fin d’une semaine pour son équipe marquée par une qualification pour les demi-finales de la Ligue de champions au dépens de Liverpool et un succès clair face à au Barça, l’ennemi intime, qui augmente sérieusement ses chances de remporter une deuxième Liga consécutive, Zidane s’est lâché : “Je ne suis pas un entraîneur si désastreux, je ne crois pas, a confié le natif de Marseille sourire  en coin samedi en conférence de presse, je ne suis pas le meilleur, c’est sûr, mais j’aime ce que je fais.L’important, c’est de mettre de la passion dans ce que tu fais. Parfois, tu t’en sors bien, parfois moins bien… mais peu importe. Je sais où je suis et je donne le maximum chaque jour. J’ai de la chance, oui, c’est vrai. D’être ici, d’entraîner ce grand club, j’ai beaucoup de chance, oui ».  Petite et douce revanche sur ceux qui le voient tomber de son piédestal. Une chose est sûre, en cas de doublé  Liga et LDC, le champion du monde 1998 aura à nouveau toutes les bonnes cartes en main et décider de rester à son poste ou de tirer sa révérence et partir par la grande porte.

@2022mag.com

 

.