L’international algérien Youcef Atal va entamer samedi sa quatrième saison  sous les couleurs de l‘OGC Nice qu’il avait rejoint en juillet 2018 en provenance de Courtrai un club de la Jupiler Pro League belge. Depuis, le  défenseur latéral droit formé au Paradou AC a conquis tout son monde sur la Riviera par son sérieux, son  talent et son  enthousiamse contagieux.

Avant de débuter la nouvelle saison contre  Reims àle dimanche 8 août à l’Alliance Riviera, le Fennec a accordé un bel entretien  au site officiel des Aiglons dans lequel il revient sur sa dernière saison fortement perturbée par les blessures commeil affirme aussi  vouloir réequiliber les choses en matière de jeu en se recentrant sur ce qu’attend de lui prioritairement son équipe  l’efficacité défensive: « La première chose, c’est que je suis un arrière droit. Avant d’attaquer, il faut que je défende et je prends du plaisir à défendre. Quand quelqu’un ne passe pas de mon côté, c’est que mon travail est bien fait.  J’attaque beaucoup, c’est ce qui se voit le plus. Mais si j’étais un ailier et que j’attaquais comme ça, ça ne se remarquerait pas autant. Encore une fois, tu es arrière droit, tu défends d’abord, et si tu défends bien, après, en avant ».

Cette refléxion est clairement la marque de la maturité. A 25 ans, le champion d’Afrique en titre   Avec les saisons, tu deviens plus mature, c’est normal, confie-t-il. Même dans le jeu. Tu sais mieux comment gérer ton match. Au début, je jouais tout à fond. Dès que j’avais la possibilité, j’y allais, mais à la fin, je n’avais plus de jambes et je n’arrivais pas à finir. Maintenant, mieux vaut 4 bonnes montées que 8 moyennes. C’est ce que j’ai compris ». Une prise de conscience qui doit ravir  Christophe Galtier le nouvel entraîneur qui a débarqué dans le Var tout auréolé de son titre de champion de France remporté avec Lille.

@2022mag.com