En surclassant les Sud-africains des Kaizer Chiefs, Al Ahly a remporté sa Decima en Ligue des champions et son entraîneur, Pitso Mosimane,  son deuxième titre continental  consécutif et son troisième en cinq ans en comptant celui gagné  en 2017 à la tête des Brazilians du Mamelodi  Sundowns.

Le technicien madré et posé a bien sûr fêté comme il se doit le triomphe de Casablanca, toutefois il n’a pas omis de garder les pieds sur terre en conseillant à ses protégés de  faire preuve d’humilité. Selon lui, c’est encore plus important au lendemain d’un succès: « Lorsque vous gagnez, vous devez rester humbles pour que les gens s’en souviennent lorsque vous perdez, a confié le natif de Kagiso à son retour au Caire, je ne pense pas au nombre de titres que j’ai gagnés, je ne pense qu’à gagner le prochain match et nous devons le préparer de la même manière que nous l’avons fait pour hier. Nous avions besoin de cette victoire et nous la méritions. Notre adversaire s’est bien comporté en première mi-temps jusqu’à l’expulsion. Mais c’est le football et Ahly mérite de créer l’histoire ».

218914421_6127528053956328_960830108533065045_nHormis ce conseil de sagesse, Mosimane a déjà la tête à l’étape suivante et  en profite pour suggèrer à l’institution faîtière du football mondial de  se pencher sur certains réglements : « Maintenant, nous serons de retour à la Coupe du monde des clubs. L’année dernière nous avons remporté une médaille et joué contre le Bayern Munich. Je pense que ce sera une autre grande aventure. L’année dernière, nous avons également battu les champions sud-américains. Mais je ne sais toujours  pas pourquoi nous jouons plus de matches qu’eux. Je pense que la FIFA devrait reconsidérer cette question ». En clair, l’homme qui vient de remporter sept trophées avec les Red Devils en 18 mois veut comprendre pourquoi le Champion d’Afrique n’est pas mis au même niveau que son homologue sud-américain au moment du tirage au sort.

@2022mag.com