On se souvient que durant et après la CAN 2021 qui s’est déroulée au Cameroun en janvier et févrieer, est apparue une forme de tension  et  de défiance au Maroc  autour du sélectionneur  Vahid Halilhodzic auquel il était reproché la qualité de jeu pratiqué par les Lions de l’Atlas et une certaine rigidité qui a fait perdre au groupe les sevices  des deux joueurs talentueux que sont Hakim Ziyech et Noussair Mazraoui. Les deux ayant décidé  de refuser de revenir en sélection. En tout cas, et même s’ils e l’ont pas dit  à haute voix, tant que le technicien franco-bosnien sera en poste.

Fouzi Lekjaa

Fouzi Lekjaa

À l’évidence embarrassé par cette situation à quelqes mois de la phase finale  du Mondial 2022, le président de la fédération chérifienne, FRMF, vient d’annoncer sa ferme volonté de faire changer d’avis les deux « réfractaires » avantt le grand rendez-vous planétaire prévu au Qatar. Avec  Vahid Halilhodzic ou sans lui :  «Vahid a le soutien de la FRMF, a commencé pae affirmer le président Fouzi Lekjaa dans un entretien accordé à soccer2012,  mais le sort de l’équipe nationale n’est lié ni à Vahid Halilhodzic ni à Fouzi Lekjaâ. Elle doit disposer, le jour J, de la meilleure structure technique pour relever les défis et rendre les Marocains fiers. Quand un sélectionneur est en poste, on ne peut pas le laisser en fonction et lui dire “on ne te soutient pas”. C’est une logique qui ne tient pas la route. C’est incohérent. De toute façon, «la décision sera prise» quand «le moment sera venu».

Hakim Ziyech

Hakim Ziyech

Plus avant dans l’entretien, le boss de la FRMF a répété que pour lui les deux stars de Chelsea et de l‘Ajax Amsterdam font toujours partie  de la famille des Lions de l’Atlas et que le pays compte bien sur leurs services :  «Hakim Ziyech et Noussair Mazraoui sont deux joueurs de l’équipe nationale marocaine. Ce sont des Marocains, quelles que soient les conditions, quelles que soient les circonstances, ils restent quand même marocains et attachés à leur équipe nationale et à leur patrie». Comme une promesse de résoudre ce conflit qui mine l’ambiance  depuis plus d’une année. À suivre.

@Cheikh Mabele