Le  sélectionneur du Maroc, Vahid Halilhodzic, a convoqué les médias chérifiens pour un faire un bilan concernant la situation de l’équipe nationale. Cette fois, la mise au point arrive au lendemain des deux dernières  journées de la phases de groupes des éliminatoires de la CAN 2022. A l’issue de laquelle, les Lions de l’Atlas ont validé leur billet et leur ascendant sur le groupe B mais ont pêché dans la manière. Fidèle a son tempérament  de puncheur et de franchise, le technicien franco-bosnien n’a pas ménagé son auditoire. Mots choisis.

Son rapport avec la presse : «J’étais étonné de l’attitude de certains journalistes qui ont été provocateurs. Je pense que ces gens ne m’aiment pas. Rassurez-vous, je ne les aime pas non plus. c-C’est donc l’occasion ou jamais pour que les médias me posent toutes les questions possibles.»

Les résultats des l’équipe :  «On a gagné neuf places au classement FIFA (en deux mois, ndlr), mais on a perdu une place au classement CAF. Tous les clignotants sont au vert, mais je vois que tout le monde n’est pas satisfait. Moi non plus. Sur certaines choses, on peut encore s’améliorer. Il faut comprendre que c’est une équipe en totale reconstruction ».

Maroc : une campagne solide pour les Lions de l'Atlas

Maroc : une campagne solide pour les Lions de l’Atlas

Son avenir à la tête des Lions : «J’ai mal compris certaines personnes qui sont allées jusqu’à demander ma réclamer. Vraisemblablement, ce n’est pas anodin. Ils ont leurs raisons. Malgré les résultats, on ne peut pas faire l’unanimité, ou se faire aimer par tout le monde. Je ne suis pas là pour me faire aimer. Je suis là pour faire progresser l’équipe nationale du Maroc. J’aime gagner. Je suis malade quand on ne gagne pas. Cette rage de vaincre, je veux le transmettre aux joueurs. Il faut qu’ils aient l’audace de gagner, surtout dans les matchs à l’extérieur. L’équipe nationale arrivera à un niveau où la qualification à la Coupe du monde sera régulière.»

L’état d’esprit en sélection.  » En novembre, certains joueurs ont eu un comportement inapproprié et certains d’entre eux retrouveront difficilement le maillot de l’équipe nationale, tant que je serai sélectionneur. Partout dans le monde, il y a des joueurs qui choisissent leurs matchs. Je leur demande de me le dire, comme ça, ils ne jouent carrément pas. L’équipe nationale est au-dessus de tout le monde. C’est quelque chose de noble ».

La finalité du projet :  » Désormais, la nouvelle mission est la qualification en Coupe du monde. En 20 ans, le Maroc n’a réussi qu’une seule qualification. Mon projet est de construire une équipe qui se qualifiera aux deux prochaines éditions ».

@2022mag.com