Entre 2010 et 2022 , l’entraîneur  Vahid Hallhodzic a qualifié pour la quatrième fois une sélection nationale à une phase finale de Coupe du monde. Cette information ne pouvait pas échapper aux suiveurs de l’actualité du football international Cette fois, c’est le Maroc qui profite su savoir faire du Franco-Bosnien. Grâce à la victoire sans appel des Lions de l’Atlas face  à la RD Congo (4-1) dans un stade Mohammed VI en feu.

Emu et sans doute très rassuré par la tourure des évènements, l’ancien coach du Paris SG, de Lille et…du Raja Casablanca a été sobre dans sa sortie devant la presse : «C’est ma quatrième qualification personnellement, a-t-il tenu toutefois à rappeler comme  un clin d’oeil à ses détracteurs, nombreux depuis son arrivée dans la Royaume chérifien  Il y a un peu de fatigue, j’avoue, mais il y a aussi de la fierté. Il y a beaucoup de plaisir, car je suis content de mes joueurs et de la manière dont on a joué et dont on s’est qualifié dans ce match. C’est vraiment un grand moment que j’ai vécu il y a 25 ans déjà. Maintenant, c’est une grande histoire et un très grand succès dans ma biographie personnelle et mon histoire. Ce stade Mohammed V restera gravé en moi toute ma vie. Pour le moment, je dois surtout un peu me reposer. Je veux réfléchir également, mais d’abord, je profite, et après, on verra ».

Si coach Vahid a qualifié  à un Mondial la Côte d’Ivoire (2010), l‘Algérie (2014), le Japon (2018) et le Maroc (2022), il n’est resté sur le banc qu’en 2014 avec les Fennecs. Côte d’Ivoire et Japon lui ont fait le coup de Jarnac en le limogeant cruellement  juste après la validation de leur  billet pour la phase finale.  Que fera le président Fouzi Lekjaa et la FRMF dans les semaines à venir ?