Les paris avant le match étaient loin d’être en faveur  du Paris SG. Mais les Franciliens ont réalisé le match de leur vie et renversé un FC Barcelone ( 4-0) incrédule et impuissant. Grâce à un Angel Di Maria transformé et à un collectif d’exception.

En vérité, il n’ y a pas eu match, tant les coéquipiers de Kevin Trapp ont survolé les débats en mettant une pression incroyable  sur les hommes de Luis Enrique. Une attitude qui a payé  dès les 20 premières minutes. Avec une ouverture du score signée Angel Di Maria. L’Argentin  transformant magistralement  le  coup franc qui a sanctionné un fauchage de l’Allemand Draxler par Samuel Umtiti (1-0). Après ce but, le PSG ne s’est pas relâché. Vigilant en défense, actif au milieu et toujours présent  dans la surface du brillant gardien de but Stegen. Sans doute le seul a être à la hauteur de la réputation des quintuple champions d’Europe. Notamment en sortant  d’une manchette une balle frappée en coin par Draxler (35′) puis en contrant, dans la minute suivante, une action de Matuidi dans les six mètres.

Le deuxième but est un symbole de la rage des Parisiens. C’est sur un ballon récupéré par Rabiot dans les pieds de sa majesté Lionel Messi que viendra le bonheur. Dans la continuité de l’action, Verratti sert l’intenable Draxler dont  la frappe croisée du droit ne laisse aucune chance au gardien catalan.  Idéal avant la pause. C’est le premier but en Ligue des Champions pour la recrue allemande.

La rage parisienne

Kimpembe  a muselé Lionel Messi

Kimpembe a muselé Lionel Messi

 A 2 à 0, la question était de savoir si les Parisiens allaient gérer leur avantage ou bien maintenir sous l’eau la tête des Espagnols. C’est la deuxième méthode que l’entraîneur basque a sans doute suggéré à ses hommes. A preuve, c’est le jeune défenseur Kimpembe (47′) qui envoie un centre presque parfait à Rabiot dont la frappe ne trouve pas le cadre. Une action  qui a rassuré les tribunes d’un Parc des Princes incandescent. Une ambiance qui a rappelé aux moins jeunes celle qui avait vu le PSG laminer le Real Madrid au printemps 2013.

Et le  Barça dans tout ça ? Impuissant parce que complètement étouffé dès le milieu de terrain et incapable d’amorcer des offensives dignes de ce nom. C’est dans cet état des lieux, que le quadruple champion de France va  tripler la mise et tuer le match. L’action qui amène le but de l’Argentin est d’une limpidité royale. Le ballon part des mains de Trapp et passe par Rabiot. Le jeune milieu de terrain résiste au pressing catalan  et sert  Di Maria dans la course. Ce dernier exécute une feinte, s’ouvre l’espace et  enroule du îed gauche pour ne laisser aucun espoir à Stegen. La spéciale de l’Argentin lorsqu’ il est dans un forme olympique.  Quand Di Maria sort (61′) sous les ovations du Parc, remplacé par Lucas, tout le monde  tourne son regard vers Cavani, le buteur attitré des Rouge et Bleu.

 Adrien Rabiot ou la jeunesse parisienne triomphante

Adrien Rabiot ou la jeunesse parisienne triomphante

Mais il était écrit que l’Uruguayen n’allait pas  finir le match bredouille; C’est donc logiquement lui qui transforme la défaite des Catalans en déroute. Son but (71′) est le symbole de l’emprise parisienne. C’est l’époustouflant latéral Thomas Meunier qui lui sert un caviar au nez et à la barbe de Gerald Piqué. Le FC Barcelone a bien essayé de se révolter dans le dernier quart d’heure. En vain! Même si SamuelUmtiti a trouvé de la tête  le montant droit de Kevin Trapp.  Avec ce large succès, Paris s’est ouvert largement la porte des quarts. A condition qu’il fasse un match aussi séreux dans trois semaines au Camp Nou.

@Chehat Fayçal

La feuille de match

Paris, Parc des Princes

Paris SG – FC Barcelone, 4-0

Arbitre : M. (Pologne) . Buts : Di Maria (18′ , 55′), Draxler ( 40′), Cavani (71)

Paris SG: K. Trapp, T. Meunier, Marquinhos, D. Kipkembe, L. Kurzawa, M. Verratti (C. Nkunku, 70′), A. Rabiot, B. Matuidi, A. Di Maria (Lucas, 61′), E. Cavani, J. Draxler (J. Pastore, 86′). Entraîneur: Unai Emery. FC Barcelone:M. T. Stegen, J. Alba, S. Umtiti, G. Piqué, S. Roberto, A. Iniesta (I. Rakitic 72′), S. Busquets, A. Gomes (Rafinah, 58′), Neymar , L. Suarez, L. Messi. Entraîneur: Luis Enrique.