Le moins que l’on puisse dire, c’est que Denis Lavagne fait de belles choses depuis qu’il est arrivé sur le banc de la JS Kabylie. Sous sa houlette, les Canaris de Tizi ouzou, la ville des Genêts,  est en course pour la victoire dans deux compétitions majeures, le championnat de Ligue 1 et la Coupe de la Confédération. En Ligue 1, les « Vert et Jaune » sont cinquièmes à  cinq longueurs du podium  et à neuf du leader sétifien mais avec un match en plus à disputer. En  Coupe de la Confédération africaine, ils ont validé leur billet pour le dernier carré où ils affronteront le Coton Sport de Garoua, une formation qu’ils ont dominé lors de la phase de groupes (1-0, 2-1).

190200361_4048974921790027_448626354149263502_nTenant compte de ses bonnes nouvelles, la direction du club kabyle presse le technicien français de prolonger un contrat qui arrive à expiration à la fin de la saison en cours. Le natif  de Béziers n’y est pas insensible, mais il demande visiblement du temps et espère des réponses à certaines de ses interrogations : « Je ne suis pas pressé, a confié Lavagne dans les colonnes de l’hebdomadaire France Football,  je me suis engagé jusqu’à la fin de la saison. On est venu me relancer fin février pour que je renouvelle mon contrat. Mais aujourd’hui, il y a encore des points à éclaircir, que ce soit sur le plan financier ou sportif. Le club souhaite-t-il conserver ses joueurs et développer l’équipe ? Il me faudra des garanties. Et si cela s’arrange, pourquoi pas ? ».  La JSK saura-t-elle installer son coach dans un environnement confiant et ambitieux ?

@2022mag.com