Battue en finale de la Coupe de la Confédération (CDC)  par le Raja  Casablanca (2-1) à l’issue d’un match où elle montré deux visages en 95 minutes, la JS Kabylie n’est toutefois pas groggy. Si le club kabyle peut avur quelques regrets d’être passé tout près d’un  nouveau sacre continental 18 ans après le dernier, il s’est déjà remobilisé pour essayer de finir le championnat de Ligue 1 dans le top 4 qualificatif pour l’Afrique  et gagner la Coupe de la Ligue face au NC Magra, elle aussi validante pour le CDC.

Pour ce faire, uen fois de retour au pays, l’entraîneur des Jaunes et Verts  n’a voulu retenir que les aspects positifs de la belle aventure africaine et inviter ses hommes  qui ont fait le job selon lui à surtout  ne pas  gamberger : “Il faut tout de même retenir la belle réaction des joueurs après avoir été menés au score dès le premier quart d’heure de la partie,a commenté  Denis Lavagne  en conférence de presse  ce qui est positif c’est qu’ils ne se sont pas effondrés. Au contraire, ils ont tout de suite repris le combat. On méritait au moins d’égaliser en seconde période ».denis_lavagne

Le technicien français a par ailleurs jugé important de rappeler le rôle joué par l’expérience  à l’heure de se préparer à gravir une montagne. Et après deux décennies d’absence des hautes altitudes, on peut manquer d’air au sommet :  » S’il y avait un peu plus de métier, on pouvait revenir au score, sachant que nous étions en supériorité numérique. On ne perd jamais, on apprend. Nous avons appris beaucoup de choses depuis l’entame de la saison et nous avons également appris beaucoup lors de cette finale. Il ne faut pas oublier le beau parcours que nous avons réussi dans cette aventure africaine ».  Ce discours peut être adressé également aux dirigeants des Canaris du Djurdjura pour leur dire qu’il ne faut pas briser la dynamique en chamboulant tout à tort et à travers. Une triste habitude de clubs algérien.

@2022mag.com