Silencieux durant la mini tempête qui a balayé l’environnement de la sélection nationale durant la trêve internationale, le président de la Fédération algérienne de football, Mohamed Raouraoua, a réagi vendredi soir au micro de la radio nationale algérienne en langue française pour relativiser les menaces de départ du sélectionneur   » : Chrsitian Gourcuff a sûrement tenu ses propos sous l’effet de la colère, raison pour laquelle je n’y tiens personnellement pas trop, a-t-il affirmé, je compte le rencontrer prochainement pour en discuter. ». Tout en reconnaissant que les Fennecs ont rendu une pale copie, il a évoqué les éléments à décharge: “Il ne faudra pas oublier que plusieurs nouveaux joueurs ont été testés pour la circonstance, chose qui ne pouvait jamais être réalisée dans un match officiel”. Cette solidarité affirmée et confirmée en public va-t-elle apaiser le technicien breton ? Pour le savoir, il faudra attendre la conférence de presse que tiendra l’ancien coach lorientais lors du prochain stade de préparation en novembre, c’est-à-dire la veille de la double confrontation contre la Tanzanie comptant pour le deuxième tour des éliminatoires du Mondial 2018.

@2022mag.com