Chaque jour depuis hier et jusqu’au 31 décembre inclus, la rédaction de 2022mag consacrera sa une à un évènement qui a fait l’actualité du football arabe durant cette année. Après un premier épisode consacré à la Decima du Ahly du Caire, partons aujourd’hui sur les traces des FAR féminines, troisièmes de la 1reédition de la Ligue des champions d’Afrique au Caire.

C’était il y a un mois à peine. Les filles des FAR de Rabat rentraient au pays, auréolées d’une troisième place obtenue lors de la 1Re édition de la Ligue des champions d’Afrique Vainqueurs 3-1 des Equato-guinéennes de Malabo Kings lors du match de classement, les représentantes du Maroc montaient sur le podium d’une compétition finalement remportée par les Mamelodi Sundowns (AFS).

l'AS FAR dans le dernier carré de la LDC 2021

l’AS FAR dans le dernier carré de la LDC 2021

Au coup d’envoi de cette édition initiale, les formations arabes étaient deux puisque l’Egypte, pays hôte, déléguait Wadi Degla, son meilleur club. Mais les Cairotes étaient éliminées à l’issue du 1er tour. Les FAR, elles, ont connu un premier tour compliqué : victoire 3-0 contre les Rivers Angels (NGA) puis défaite face aux Vihiga Queens (0-2) du Kenya. Pour espérer figurer en demie, elles devaient réaliser un exploit face aux Mamelodi Sundowns. Ce qu’elles sont parvenues à faire (0-0). En demie, elles se sont ensuite inclinées 2-1 aux dépens des Hasaacas Ladies (GHA).

Loin d’être démobilisées, les coéquipières de Ghizlane Chebbak se sont battues jusque dans le temps additionnel pour décrocher cette troisième place (3-1) face à d’accrocheuses Malabo Kings. Tout avait très vite commencé pour les FAR -qui alignaient la même équipe qu’en demie à deux joueuses près, Bouftini et Benzina titularisés à la place de Redouani et Jraidi- puisque Fatima Tagnaout, excellente depuis le début de la compétition, ouvrait la marque sur un centre en retrait de Chebbak. Elle dribblait une défenseuse et trompait Sunday d’une frappe à bout portant (1-0, 10e).

Les Kings finissaient par logiquement égaliser en début de seconde période. Muriel Lynda déposait un coup franc sur la tête de la doyenne Carol Carioca (38 ans), brésilienne naturalisée équato-guinéenne, qui devançait la gardienne Er-Rmichi (1-1, 50e). Piquées au vif, les Marocaines réagissaient. Et Chebbak, la capitaine, concluait un joli mouvement collectif amorcé à gauche par Tagnaout qui lançait Bouftini. Cette dernière réussissait un grand pont sur la gardienne mais percutait Nké, la capitaine adverse. Chebbak, qui avait suivi, marquait dans le but vide (2-1, 61e). Alors que les Equato-guinéennes luttaient avec l’énergie du désespoir pour égaliser et jouer la séance des tirs au but, Chebbak échappait à la surveillance des défenseuses pour aller battre, à l’entrée de la surface de réparation, Sunday sortie devant elle (3-1, 90e +2).

Ghizlane Chebbak

Ghizlane Chebbak, star exemplaire des FAR Rabat et des Lionnes de l’Atlas

Rappelons que les FAR s’étaient qualifiées pour le tournoi final au Caire après avoir remporté le tournoi de l’UNAF en juillet dernier au Maroc, et que les joueuses de l’AS FAR étaient arrivées avec de vraies ambitions. Le club, créé en 2001, a remporté son championnat à huit reprises (sans oublier sept coupes nationales) à partir du moment où il a rejoint la D1 -en 2008- et domine la scène marocaine sans partage. La quasi-intégralité de ses joueuses sont internationales. Et son entraîneur, durant le tournoi, n’était pas n’importe qui puisqu’il s’agit d’Abdallah Haïdamou, figure légendaire de l’histoire du club, dont il fut le milieu de terrain dans les années 1980.

Lorsqu’il était encore joueur, Haïdamou avait inscrit trois buts en finale(s) de la défunte Coupe des clubs champions remportée en 1985 aux dépens des Congolais de l’AS Bilima. On a appris ces dernières semaines qu’il avait démissionné quelque temps après le retour du Caire, après neuf années de bons et loyaux services, sanctionnées par 9 championnats et 8 Coupes du Trône…

On espère retrouver ces mêmes FAR lors de la prochaine édition de la LDC féminine africaine, et pourquoi pas leur ossature en équipe nationale marocaine. Le talent est là et mériterait de s’exprimer lors d’une prochaine phase finale de Coupe d’Afrique des Nations, par exemple. Un challenge à la hauteur des qualités de Chebbak, capitaine des Militaires des FAR mais aussi de cette même sélection…

@Frank Simon