Le défenseur international axial algérien  Ramy Bensebaini,  qui évolue  en Bundesliga sous les couleurs du  Borussia Mönchengladbach, a repris la compétition depuis trois semaines avec tous les matches disputés à huis-clos.  Et son ressenti du jeu dans un environnement si particulier et si feutré mérite d’être connu. « On a l’impression de jouer des matchs amicaux, a-t-il confié au micro de la BBC Sports, il  est difficile de trouver de la motivation devant des tribunes vides  mais pourtant  nous devons jouer à 100%. ». Le Fennec est certain d’une chose, il n’est plus question d’avoir un avantage  quand on joue  à domicile : » Ce n’est pas la première fois de ma carrière que je joue à huis clos – cela m’est arrivé en France – vous ne vous sentez pas vraiment chez vous, mais c’est la même chose pour tout le monde ».

Pour le moment, tout se déroule à merveille dans ce championnat allemand qui a été le premier en Europe à renouer avec la compétition. Cela s’explique, selon le champion d’Afrique en titre, par le légendaire sens de la haute discipline germanique. Et l’ancien joueur de Montpellier et de Rennes de tacler gentiment la Ligue 1 française  qui a mis fin au championnat dès la mi-avril : « J’ai l’impression que tout est plus simple en Allemagne qu’en France. Même de façon générale. Comme au début de la saison, je suis arrivé deux ou trois fois en retard pour l’entraînement. Le coach m’a dit: » ici tu n’es pas en France, tu es en Allemagne « . Lorsque  je lui expliqué  que  j’étais en retard c’était à cause du trafic. Il a répondu: » si vous devez partir une heure plus tôt, faites-le! « . Circulez, il n’ y a rien à voir. Tout un symbole.

@2022mag.com