Vainqueur (2-0) des Pohang Steelers chez lui en Arabie saoudite,  Al-Hilal s’adjuge la couronne continentale pour la quatrième fois de son histoire. Un sacre qui doit aussi à l’expertise tactique de Leonardo Jardim, son entraîneur, arrivé en juin dernier.

16 secondes pour l’éternité. C’est le temps qu’il aura fallu au latéral gauche saoudien Nasser Al-Dawsari pour ouvrir la marque d’une incroyable frappe du gauche dans la lucarne de Lee Jun, le gardien des Pohang Steelers. Le coup d’envoi venait à peine d’être donné par l’arbitre émirati que déjà, Al-Hilal avait pris les commandes de cette finale pour ne plus jamais les lâcher.

Pour cette fête du football asiatique, le Hilal avait également un avantage considérable : celui d’évoluer devant son public, venu en masse au stade King Fahd de Riyadh. Une vague bleue qui n’a cessé de pousser le géant saoudien tout au long de la rencontre.

Qautrième victoire en LDC pour Al-Hilal, la dexième en trois ans.  (photo page Facebook Al-Hilal)

Qautrième victoire en LDC pour Al-Hilal, la dexième en trois ans. (photo page Facebook Al-Hilal)

Et ce soutien a porté littéralement les coéquipiers de Bafé Gomis et de Moussa Marega, venus décrocher une quatrième couronne de champion d’Asie après celles de 1991, 2000 et 2019. On aurait pu croire que Pohang Steelers serait dans les cordes après avoir concédé un but aussi précoce. Mais les protégés du coach Kim Gi-Dong ont rapidement réagi et mis sous pression la défense des Saoudiens.

Ainsi à la douzième minute, une frappe déclenchée en dehors de la surface par Sin Jin-Ho a été repoussée par la transversale. Sur le rebond, Sang-Hyub reprenait à bout portant mais voyait le gardien de but Abdulah Al-Mayouf sauver in-extremis !

Les Sud-coréens continuaient de pousser régulièrement mais devaient faire face à une défense très concentrée et surtout, bien décidée à ne pas offrir la moindre chance à cet adversaire conduit par le colossal Colombien Manuel Palacios.

En fin de première période, les Steelers obtenaient un coup franc indirect côté droit, repris de la tête à bout portant. Mais Al-Mayouf veillait et captait sur sa ligne, permettant au Hilal de regagner les vestiaires avec ce court avantage d’un but.

Lenoardo Jardim : le technicien portgugais, ancien de l'AS Monaco, a frappé fort quelques mois seulement après son installation sur le banc d'Al-Hilal (photo page Facebook Al-Hilal)

Lenoardo Jardim : le technicien portgugais, ancien de l’AS Monaco, a frappé fort quelques mois seulement après son installation sur le banc d’Al-Hilal (photo page Facebook Al-Hilal)

En seconde période, le Hilal reprenait le contrôle de la rencontre sous la conduite de son meneur brésilien Matheus Pereira. Après l’heure de jeu, les Saoudiens parvenaient ainsi à creuser l’écart. Bafé Gomis lançait couloir droit dans la surface de réparation l’attaquant malien Moussa Marega, dont la frappe croisée à ras de terre ne laissait aucune chance à Lee Jun (2-0, 63e). Le score ne devait plus évoluer par la suite, le Hilal ayant sécurisé l’accès à sa surface de réparation.

La formation dirigée par le Portugais Leonardo Jardim disputera donc la prochaine Coupe du monde des clubs de la FIFA en début d’année prochaine aux Emirats aux côtés de Chelsea, Monterrey et du Ahly du Caire, entre autres. 

Voici les deux formations alignées au coup d’envoi                                                                                    Al-Hilal : Al-Mayouf – Al-Burayk, Hyunsoo, Al-Mufarrij, Nasser Al-Dawsari – Marega, Kanno, Matheus Pereira, Al-Faraj, Salem Al-Dawsari – Bafé Gomis. Entraîneur : Leonardi Jardim.                                   Pohang Steelers : Jun – Kwanghoon, Wankyu, Grant, Sangwoo – Jinho, Soobin, Kvesic, Seungwook, Sanghyub – Palacios. Entraîneur : Gi Dong.

@Frank Simon