Le président du Zamalek, Mortada Mansour, est plus un habitué des sorties volcaniques dans les médias, notamment lorsqu’il s’agit de marquer les insuffisances supposés de ses entraîneurs, qu’un adepte de la calinothérapie. Mais cette fois il a fait une exception en évoquant la situation de son manager actuel, Patrice Carteron. Ce denier a signé un contrat d’un an qui prend fin en juillet prochain. Mais voilà que  samedi, le boss de Chevaliers Blancs s’est  dit prêt à lui proposer une prolongation. Fatterie à l’appui :’ Carteron est un grand manager et il a décidé de rester en Égypte depuis le début de la crise. Il conservera sa position quoi qu’il arrive. Carteron nous a informés qu’il renouvelle son contrat à la fin de chaque saison mais ile  ne signe qu’un contrat d’un an, ce qui est normal pour les managers ».

 Mortada s’avance donc pour dire qu’il aurait l’accord deu technicien français. Il faut rappeler que ce dernier avait affirmé à la presse le 20 mars denier qu’il avait reçu et rejeté  une offre alléchante d’un club japonais. Carteron sera-t-il le premier entraîneur à « dompter  » le bouillant  avocat cairote,  ce vorace  consommateur d’entraîneurs ? Il a limogé quinze depuis son arrivée à la tête du club.  On en reparlera après la double manche de la demi-finale de la Ligue des champions qui opposera le Zamalek  au Raja Casablanca en mai prochain.

@2022mag.com