Quelle que sera l »issue du Mondial 2018, Vahid Halilhodzic  (65 ans) restera dans l’histoire comme l’entraîneur qui aura qualifié trois sélections différentes à trois mondiaux successifs. Le Franco-Bosnien avait envoyé la Côte d’ivoire au paradis en 2010, sans, hélas, l’accompagner, puis l’Algérie en pays carioca en 2014, avec le succès d’estime que l’on sait et maintenant le Japon avec lequel il pense pouvoir  réaliser un beau parcours.

Au moins à l’Algérienne, espère-t-il. « Nous ne sommes pas favoris dans ce groupe*,mais nous allons tout donner, a-t-il confié au site de la fédération internationale fifa.com, en 2014, l’Algérie n’avait pas la faveur des pronostics non plus, mais nous avons tout de même réussi à passer la phase de groupes. Nous avons bien failli éliminer l’Allemagne, future championne du monde, et atteindre les quarts de finale. La situation du Japon en Russie ressemble à celle de l’Algérie il y a quatre ans. Afin de réaliser la même performance, il faut bien nous préparer et aborder chaque match avec beaucoup d’ambition ».

Pour faire aussi bien voire mieux, l’ancien entraîneur du Raja Casablanca, de Lille et du Paris SG compte bien tirer les leçons de son aventure  à la tête des Fennecs: » Cette expérience m’a déjà aidé. Avec l’Algérie, nous avons très bien préparé la compétition en ne laissant aucune place au hasard. Nous ferons la même chose avec le Japon ». C’est tout le mal que lui souhaitent les fans algériens frustrés de voir leur équipe nationale éliminée lamentablement  du rendez-vous planétaire.

@ Le Japon évlouera dans le groupe H avec la Colombie, le Sénégal et la Pologne 

@Cheikh Mabele