Sitôt connue l’annonce de l’annulation par le Tribunal arbitre du Sport (TAS) des sanctions infligées au Maroc par la Confédération africaine de football, les dirigeants chérifiens n’ont pas cherché à fêter bruyamment leur victoire. Ils ont eu le triomphe modeste et ont prêché l’apaisement: “ Cette décision ne fera que renforcer les relations entre la FRMF et la CAF. Il faut désormais travailler avec nos amis de la CAF pour faire évoluer ensemble le football africain”. C’est ainsi que s’est exprimé a chaud jeudi soir, Fouzi Lekjaa, le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF).

Rappel de l’affaire: en tant que pays organisateur de la CAN 2015, le Maroc avait proposé à la CAF de reporter l’événement  de quelques mois en raison de l’épidémie Ébola. Refus de l’institution continentale et pluie de sanctions : sportives: avec cette exclusion des Lions de l’Atlas de CAN 2017 et 2019. Et financières : deux amendes d’un total de   9 millions d’euros.

@2022mag.com