Décidément, Mortada Mansour, le président du Zamalek, est bel et bien l’empêcheur de tourner en rond de l’institution faîtière du football africain. Le boss des vainqueurs de la dernière  Coupe de la Confédération vient de frapper un grand coup sur la table en annonçant que son club refusera de se déplacer à Doha pour disputer la Super Coupe d’Afrique contre l’ ES  Tunis, vainqueur de la Ligue des champions: « Cela ne me dérangerai pas d’affronter l’l’Espérance à Tunis, a-t-il confié en conférence de presse,  mais je ne jouerai pas au Qatar pour gagner un morceau de métal! » .

Avant de  poursuivre sur un ton provoquant : « J’ai déjà dit que je ne jouerai pas au Qatar. L’équipe de handball de Zamalek n’a pas participé à la Coupe du Monde des Clubs, car elle s’est déroulée au Qatar. Si la Confédération africaine de football (CAF)  veut créer un problème, cela ne me dérange pas. Je ne jouerai pas au Qatar même si nous sommes relégués en troisième division. La CAF ne devait sans doute pas s’attendre à ma réaction ».

 La proximité avec Turki Al Sheikh a sans doute joué dans la décision de Mortada Mansour

La proximité avec Turki Al Sheikh a sans doute joué dans la décision de Mortada Mansour

Il faut rappeler que le Qatar à signé un accord pour faire disputer à Doha  les trois prochaines éditions de la  Super Coupe d’Afrique. L’opposition frontale  à cette décision de la part du  bouillant avocat égyptien n’est sans doute pas sans lien avec les relations étroites qu’il entretient avec  le richissime hommes d’affaires et politique saoudien Turki Al Sheikh. Pour rappel, l’Arabie Saoudite, Bahrein et les Emirats unis arabes boycottent politiquement, économiquement et diplomatiquement  leur voisin qatarien depuis juin 2017.

@Cheikh Mabele