Encore une collaboration qui finit mal  en Tunisie et va finir sur le bureau des litiges de la FIFA. C’est ce qui arrive au Stade Gabésien après  que l’entraîneur Gérard Buscher (56 ans) a choisi de porter plainte pour un chèque sans provision libellé par son ancien employeur.

Le technicien fraçais affirme être contraint d’en arriver à cette solution alors qu’il avait accepté une séparation à l’amiable : «Je compte déposer une plainte à la Fifa, a-t-il confié au quotidien La Presse, j’ai déjà préparé mon dossier. Au fait, quand j’ai résilié mon contrat à l’amiable, les dirigeants gabésiens m’ont remis un chèque. La banque me l’a renvoyé, car sans provision. Je pense avoir été correct envers les dirigeants du Stade Gabésien en proposant de résilier de mon plein gré mon bail en touchant seulement 20% de ce qu’ils me doivent. Pourtant, ils ont voulu me virer alors que mes résultats étaient plus qu’honorables. Je n’ai perdu qu’un seul match et de surcroît devant le CSS. Malgré cette défaite, l’équipe occupait la cinquième place au classement. Même si je trouvais leur attitude injuste, je ne voulais pas rester comme un hôte indésirable et j’ai préféré partir de moi-même. »

Si elle va à son terme, cette plainte risque de coûter beaucoup plus cher au cinquième de la Ligue 1. Au lieu de l’indemnisation de deux mois acceptée par Buscher, le club sera contraint de lui en payer dix sans doute.  Vous avez dit bonne gestion. De son côté, le manager fraîchement viré affirme avoir déjà une proposition  de l’Avenir Sportif de la Marsa, un club qu’il a déjà entraîné à deux reprises: entre 2010 et 2013 et en 2016.