Les Rouge et jaune d’Omdurman remportent le championnat pour la troisième saison consécutive. Un titre qui porte le sceau de leur jeune coach tunisien Jamel Khcharem.

Nommé le 6 août dernier, il est arrivé sur place un peu dans l’anonymat quatre jours plus tard. Quand les Soudanais d’El-Merreikh ont confié la direction sportive au Tunisien Jamel Khcharem, la mission de l’ancien entraineur du Club Sportif Sfaxien était claire et précise : remporter le championnat national, dont le club rouge et jaune est le double tenant.

Il restait alors dix journées à disputer et le Merreikh comptait trois points de retard sur son grand rival national Al-Hilal. Khcharem va mettre tout le monde d’accord en étant le meilleur et prendre 8 points à son concurrent direct. Le premier tournant est intervenu lorsque Merreikh a dominé El-Merreikh d’Al-Fasher (1-0) dans un match en retard disputé à la mi-octobre. Au passage, il en a profité pour passer en tête du championnat devant le Hilal, pour un tout petit point d’avance !

El-Merreikh Omdurman ( photo page Facebook du club)

El-Merreikh Omdurman ( photo page Facebook du club)

L’escouade conduite par Jamel Khcharem, lui-même assisté par un compatriote, Mohamed Fatnassi, qui s’occupe des gardiens, devait maintenir le cap pour les deux dernières journées de championnat avant l’épilogue de cette longue saison. Et Merreikh, alias Al-Zaeem, a maintenu le cap.

à deux journées de l’épilogue de la compétition. Rappelons que, depuis son intronisation, Kcharem a aligné une belle série de 8 matchs sans défaites (six succès et deux parités). Sa victoire sur Alamal Atbara (3-0) conjuguée au match nul du Hilal sur le Hilal Obayed lui a donné un certain avantage psychologique. La dernière journée offrait un final fantastique entre les deux adversaires et cadors du football national. Et c’est Merreikh qui l’a emporté (1-0) !

Sous la direction avisée de Khcharem, Merreikh n’a pas connu la défaite et a remporté 26 points sur les 30 mis en jeu à son arrivée. El-Merreikh remporte sa troisième couronne consécutive avec cinq longueurs d’avance, au bout du compte, sur le Hilal.

L'entraîneur, Jamel Khcharem.

L’entraîneur, Jamel Khcharem.

Le héros du derby est un défenseur, Saad Eldin Semmani (28 ans) qui a inscrit le seul but de ce derby incroyable. En effet, Merreikh n’avait besoin que d’un nul pour terminer premier, tandis que Hilal avait l’obligation de s’imposer pour rattraper ses deux longueurs de retard et coiffer sur le poteau Merreikh d’un point. Un exploit que les Bleus ne sont pas parvenus à accomplir. Les deux formations sont d’ores et déjà qualifiées pour la prochaine édition de la Ligue des champions d’Afrique 2020-2021.

A l’issue de cette victoire, Khcharem s’est longuement confié chez nos confrères de Tunisie-Foot.com, dont nous reproduisons ici une partie des propos : « Je considère mon expérience avec l’équipe soudanaise comme une grande réussite surtout que ce titre a été acquis en peu de temps, à peine trois mois. Certes, l’équipe que j’ai reprise était rodée, mais il y avait un risque réel sur sa performance vu les difficultés que connait le club. Le championnat était suspendu depuis six mois. Le club vivait des problèmes administratifs. Il y a un vrai manque de ressources financières et surtout pour moi un manque de préparation. Bien sûr, un coach qui n’accepte pas les risques et les défis ne peut pas grandir et avancer mais ça donne juste le contexte de mon arrivée. (…) Nous avons joué dix matchs, remporté huit et avons concédé deux nuls. (…) Ce fut un couronnement bien mérité. Ce titre compte beaucoup pour moi car c’est la première fois que je dirige en tant qu’entraîneur principal. C’est un grand honneur pour moi et pour le football tunisien ».

@Samir Farasha