On ne change pas un fort très de caractère même lorsqu’on avance en âge  et surtout lorsqu’on gagne en expérience. C’est le cas de Zinedine Zidane, égal à lui même, dans la victoire comme dans défaite. Le sens de la mesure les jours de victoire  et le refus du larmoyant les jours de défaite. Son équipe déjà mal engagée après le huitième de finale aller de la Ligue des champions  disputé à domicile face  Manchester City (1-2) son équipe a été bousculée  pus éliminée vendredi soir par les Citizens (1-2).

Un sacré coup de canif dans la saison deux semaine  après le sacre en Liga. Au soir de la défaite,  le champion du monde 1998 a pris acte de la mauvaise nouvelle  toute en défendant, comme  il le fait toujours, ses hommes. Dont, l’un,  le défenseur  axial Raphaël Varane, a failli: « Nous ne pouvons pas être heureux, mais fiers de ce que nous avons fait, a confié  devant la caméra de Movistar,  natif de Marseille   nous devons féliciter l’adversaire, qui a très bien joué. Il ne faut pas chercher des excuses. Deux matches et nous avons perdu les deux, mais je suis très fier de mon équipe. On a tout donné sur le terrain et parfois ça ne sort pas, au  final, c’est mérité.  Quand vous perdez, il manque toujours quelque chose, mais vous avez dit que l’élimination était prévisible après la perte du match aller et je ne suis pas d’accord. Aujourd’hui, il y avait la possibilité de changer cela. On a eu l’occasion de le faire, surtout en seconde période, avec le ballon et à 1-1, mais ça n’a pas été possible. Je remercie les joueurs pour ce qu’ils ont fait toute l’année ». Refusant d’aborder la question de son avenir sur la banc que certains peuvent penser en danger, le Franco-Algérien a donné rendez-vous à tout le monde à la saison prochaine. Pour lui comme pou ses joueurs, le temps d’un repos mérité a sonné.

@2022mag.com