Présenté comme un entraîneur en sursis par les médias espagnols à la veille du premier classico de l’histoire de la Liga condamné à se jouer dans un stade vide quand il a l’habitude de faire vibrer 100 000 fans, Zidane n’avait pas tremblé avant (http://www.2022mag.com/zidane-mise-sur-le-classico-pour-se-relancer/ ), il n’a pas pour autant fanfaronné après le succès indiscutable  de son Real Madrid (3-1) en en terre catalane face à un Barça qui n’est plus, il es vrai,  que l’ombre du monstre qui faisait peur à tous les adversaires .

« Nous avons réalisé le match parfait », s’est contenté de commander la grande légende du football français en  conférence de presse,  et allons savourer cette victoire acquise dans un contexte très tendu. Avec toutes les critiques auxquelles nous avons fait face, très injustes, je suis heureux pour les joueurs. Ce sont eux qui se battent. Aujourd’hui, nous avons gagné en équipe. Je suis fier de mon équipe « . Et pas question  de montrer du doigt ceux qui ont critiqué son travail et son équipe : « Nous n’étions pas là pour ça » s’est contenté de rétorquer le technicien. franco-algérien. Ça, c’est tout Zidane. Imperméable au stress. Celui de la victoire comme celui de la défaite. Après sept journées, le Real Madrid a pris les commandes de la Liga et relégué son éternel rival sic longueurs derrière.

@2022mag