La deuxième vie de  Abdelhak Benchikha comme entraîneur du Raja Casablanca n’aura duré que dix jours, le temps d’une rose en quelque sorte. Nommé par le président Saïd Hasbane en remplacement de M’hamed Fakhir limogé alors qu’il venait de ramener le club sur le podium de la Botola Pro,  l’entraîneur algérien a été pris en grippe par les nombreux contestataires de la présidence actuelle. Sit-in, manifestations, pétitions, menaces sur les réseaux sociaux appellent quotidiennement au départ de Saïd Hasbane. Si ce dernier résiste à la vox populi,  Benchikha a préféré rendre un tablier qu’il n’a même pas eu le temps de mettre. En annonçant son retrait sur les ondes de Radio Mars. Histoire de protéger la belle image  qu’il s’est forgée durant toutes ces années où il a entraîné au Maroc. Pour mémoire, le natif de Bordj Bou Arreridj  (53 ans) avait déjà une brève expérience au Raja. C’était en 2014.

@Cheikh Mabele