Nasser Al-Khater : « 2022, l’occasion de projeter une image fidèle du monde arabe »

Le vice-secrétaire du Qatar’s Supreme Committee for Delivery & Legacy, a accordé une interview exclusive  à 2022mag. Il a abordé   tous les sujets importants. Sans tabou. De l’avancée des travaux de l’immense chantier entamé il y a quelques années, au calme impressionnant des dirigeants face aux attaques  dont la candidature de l’Emirat a été la cible,  en passant par l’idée d’un  Mondial comme catalyseur de l’économie du pays notamment avec le projet « Vision nationale 2030. Il est question aussi du respect  des valeurs de l’écologie et de la durabilité.  Comme des bienfaits que ce méga événement apportera à la région en particulier et au monde arabe en général. 

2022mag : « Monsieur le secrétaire du Comité,  bonjour. Depuis le point culminant de la Coupe du monde de football FIFA 2018 en Russie, l’édition Qatar 2022 est désormais au centre des préoccupations. Est-ce une nouvelle étape ou avez-vous travaillé ces 10 dernières années ? S’il s’agit d’une nouvelle étape, qu’est-ce qui a changé depuis le dernier match en Russie ? Y a-t-il un peu plus de pression ?

Les travaux ont débuté le lendemain du jour où nous avons remporté notre candidature pour accueillir la Coupe du monde de football. Depuis lors, nous travaillons d’arrache-pied à la planification et à la mise en œuvre de tous les projets d’infrastructure et à la planification et aux opérations des pays hôtes nécessaires pour accueillir une édition unique de la Coupe du monde de la FIFA en 2022, la première du monde arabe. Les Coupes du monde au Brésil en 2014 et en Russie en 2018 ont été bénéfiques. Nous avons observé et acquis des connaissances et une expertise qui nous ont aidés à optimiser nos propres plans.

Près de 10 ans se sont écoulés depuis le lancement de notre offre et les efforts que nous avons déployés pour tenir nos promesses sont au rendez-vous. Nous attendons avec impatience 2022 et faisons en sorte que la région soit fière de sa première Coupe du Monde de la FIFA. Nous avons déjà lancé notre premier site prêt pour le tournoi – le stade international Khalifa – l’année dernière. Tous les autres projets sont dans les délais et les travaux principaux seront achevés entre 2019 et 2020. De plus grands projets d’infrastructure de soutien au Qatar progressent également rapidement et sont en voie d’achèvement, et nous sommes confiants d’organiser un tournoi exceptionnel.

127540_510428_largeEn ce qui concerne les attaques constantes de médias contre vous et d’autres parties prenantes de la Coupe du Monde de la FIFA 2022 ces dernières années, pouvez-vous nous dire comment s’est passée cette expérience ?

NAK: Chaque pays hôte d’un méga événement international, qu’il soit sportif ou autre, fait face à un certain degré de critique. Dans notre cas, cela aurait pu être plus lourd que la normale et peut-être pas toujours motivé par des raisons liées à la Coupe du Monde ou au football en général. Lorsque les critiques étaient constructives, nous les avons accueillies favorablement et avons travaillé à l’amélioration des problèmes soulevés. En ce qui concerne ces attaques injustifiées que vous décrivez, nos progrès et nos réalisations sur le terrain parlent pour nous et nous invitons tous les médias, comme nous le faisons toujours, à le constater par eux-mêmes ici au Qatar. Dans tous les cas, nous poursuivons nos préparatifs pour organiser une édition unique de la Coupe du Monde de la FIFA en 2022 et en faire un tournoi d’innovation, d’hospitalité et d’héritage.

Le président de la FIFA, Gianni Infantino, vient de vous rendre visite. Selon les médias, il est pleinement satisfait de vos progrès et, avant tout, il affirme que la Coupe du Monde de la FIFA 2022 sera la meilleure de l’histoire. Est-ce que cela vous donne satisfaction ?

NAK: Nous avons toujours affirmé que la Coupe du Monde de la FIFA 2022 serait l’une des éditions les plus uniques du tournoi, et le témoignage du président de la FIFA montre clairement que nous sommes sur la bonne voie.

Dans un peu plus de quatre ans, le Qatar sera plus que jamais au centre de la planète. Une Coupe du Monde couronnée de succès ouvrira-t-elle de nouvelles possibilités au Qatar pour réussir à d’autres les niveaux (économique, social, culturel, politique, écologique) ?

NAK: L’État du Qatar a toujours reconnu la capacité de la Coupe du Monde de la FIFA et le pouvoir du football à faciliter le développement social et économique – c’est pourquoi nous avons proposé d’accueillir le tournoi. D’un point de vue économique, l’État a toujours considéré la Coupe du Monde de la FIFA 2022 comme un catalyseur permettant d’accélérer la croissance de l’économie locale en offrant des opportunités aux entreprises et entrepreneurs locaux, mais également à de vastes projets de construction d’infrastructures visant à transformer l’État du Qatar en un État moderne. L’héritage de ces projets sera ressenti par les générations à venir.

Nous utilisons également la Coupe du Monde de la FIFA 2022 comme plate-forme de plusieurs programmes hérités visant à soutenir la réalisation de la « Vision nationale 2030 », plus précisément une économie basée sur la connaissance et une diversification économique. Par exemple, notre programme phare de responsabilité sociale des entreprises - Generation Amazing – utilise la puissance du football en tant qu’outil de changement social positif, en travaillant avec les jeunes du Qatar et les communautés moins fortunées de la région pour leur donner les compétences de vie et de leadership nécessaires à leur survie.

 Josoor, Un  centre  d'excellence fondé par  le Supreme Committee for Delivery & Legacy (SC),

Josoor, Un centre d’excellence fondé par le Supreme Committee for Delivery & Legacy (SC),

Le programme a eu un impact positif sur plus de 250 000 bénéficiaires à ce jour. Nous avons également lancé le Challenge 22, un prix régional visant à inspirer un esprit d’innovation et d’esprit d’entreprise parmi les jeunes du Qatar et du monde arabe et à encourager la croissance du secteur des PME. Il met au défi les jeunes de trouver des solutions visant à renforcer nos efforts pour accueillir le tournoi et a reçu plus de 3 000 inscriptions au cours de son deuxième cycle en provenance de dix pays arabes. `

Notre Institut d’excellence universitaire Josoor renforce également les compétences de la prochaine génération de professionnels de la gestion de grands événements de la région, non seulement pour nous aider à accueillir la Coupe du Monde de la FIFA 2022, mais également pour aider l’État du Qatar et la région à devenir la plaque tournante des méga-événements, sportifs et non sportifs. Josoor a vu jusqu’à présent plus de 3 500 membres du Qatar et de la région participer à ses différents cours, diplômes et programmes de développement professionnel.

Avec la Coupe du monde, le Qatar s’est imposé dans le monde comme le pays qui a fait du sport dans son ensemble un outil de développement local et international. Certains experts géopolitiques disent même que votre pays a inventé le concept de diplomatie via le sport, que pensez-vous d’une telle déclaration ?

NAK: Ce n’est un secret pour personne que le Qatar est une nation sportive. Le pays accueille depuis les années 1970 des manifestations sportives et accueille aujourd’hui plus de 90 manifestations sportives locales, régionales et internationales chaque année, allant du football au golf, en passant par l’athlétisme, le cyclisme et bien d’autres. Mais je ne dirais pas que la diplomatie par le sport est exclusivement à l’origine des efforts de l’État pour s’établir en tant que centre sportif international. Le sport joue depuis longtemps un rôle dans le développement du Qatar et, dans l’optique de la Coupe du monde, comme indiqué précédemment, nous avons décidé d’organiser le tournoi non seulement par amour et par passion pour le football, mais également pour faciliter le développement social et économique du Qatar et de la région plus largement.

Il est également important de reconnaître la capacité de la Coupe du Monde de la FIFA à rassembler les gens – une autre raison pour laquelle nous avons décidé d’organiser le tournoi, qui, nous l’avons toujours dit, sera un tournoi destiné aux les habitants de la région. Ce sera le premier méga-événement sportif de cette taille dans le monde arabe et amènera le plus grand nombre de passionnés de sport de la région – en leur faisant découvrir la culture et les traditions arabes. C’est une occasion sans précédent de projeter une image fidèle du monde arabe en tant que région pacifique et hospitalière, contrairement aux idées fausses qui circulaient à ce sujet. Et à un moment où le dialogue mondial met l’accent sur les différences culturelles plutôt que sur les similitudes, il est essentiel que nous utilisions toutes les occasions possibles pour rassembler les gens – une opportunité offerte par le tournoi et facilitée par le statut de football universel, commun à tous les peuples à travers le monde.

Ras Abu Aboud Stadium, une exemple de durabilité

Ras Abu Aboud Stadium, une exemple de durabilité

De nos jours, le réchauffement planétaire et l’état écologique du monde sont devenus une urgence, une crise mondiale. Le choix de construire de telles infrastructures pour la Coupe du Monde, puis de démonter des sièges ou même de séparer tout un stade (Ras Abu Aboud) n’est-il pas un signe de la volonté du Qatar de participer à cette lutte écologique ?

NAK: La durabilité et l’utilisation de l’héritage post-tournoi sont au cœur des stratégies de conception des stades et des enceintes proposées pour la Coupe du Monde de la FIFA 2022. Nous avons recherché les idées les plus créatives et les plus rentables. Ces innovations nos ont conduit à des résultats plus durables dans la conception, la construction et l’exploitation de l’infrastructure de tournoi du Qatar. Le stade Ras Abu Aboud en est un excellent exemple. Ce sera le tout premier stade entièrement modulaire et démontable de l’histoire de la Coupe du Monde de la FIFA. Construit près du port de Doha, le site sera composé de conteneurs d’expédition. Après le tournoi, il sera entièrement reconverti dans de plus petits sites sportifs et culturels à travers le Qatar. Tous nos autres stades, à l’exception du stade international Khalifa – qui sera le stade national du Qatar – sont modulaires et verront leur capacité en sièges réduite. Ceci a été fait pour s’assurer que tous les sites après le tournoi répondent aux besoins du secteur sportif local mais également de la communauté locale. Les sièges modulaires seront donnés aux pays ayant besoin d’infrastructures sportives, ce qui nous permet également de faire en sorte que le tournoi laisse un héritage durable.

Le terme « éléphant blanc », qui peut, d’une manière ou d’une autre, être considéré comme une contribution négative à l’environnement, ne s’appliquera pas du tout à la Coupe du Monde de la FIFA 2022. Il est également important de noter certaines des forces naturelles de notre modèle d’accueil de tournois. La Coupe du Monde de la FIFA 2022 sera le premier tournoi compact au monde, avec une distance de trajet maximale de 55 km. En plus des nombreux avantages que cela apportera aux joueurs et aux spectateurs, cela signifiera également que le transport aérien ne sera pas nécessaire à un moment donné du tournoi. Il s’agit d’un avantage majeur en termes de durabilité pour les organisateurs, en particulier par rapport aux éditions précédentes du tournoi organisées sur des empreintes de tournoi plus importantes. »

Propos suscités par Fayçal CHEHAT