Après deux saisons consécutives où les Pyramids FC ont sérieusement perturbé la bataille pour le titre national entre les deux géants  du Caire, Al Ahly et le Zamalek, éternels frères ennemis, le club propriété du richissime homme d’affaires émirati, Salem Al-Shamsi, marque le pas alors que le championnat d’Egypte  est entré dans son deuxième tiers.

Pour se relancer et se réorganiser, le finaliste de la dernière Coupe de la Confédération a fait appel au savoir de l’ancien international Ahmed « Mido » Hossam mais pas au poste d’entraîneur. Le Pharaon  qui occupera le poste de conseiller technique, a semble-t-il l déjà identifié deux failles à combler. Il estime  d’abord que le staff technique a eu le tort  d’utiliser d’emblée et de façon massive les nombreuses recrues de l’été :   » Le principal problème cette saison a  été de jeter  soudainement six recrues dans la mêlée très rapidement. Cela a entraîné un défaut technique et affecté négativement les résultats. De grandes équipes du monde entier introduisent progressivement leurs nouvelles recrues. »L’entraîneur  ( Rodolfo Arruabarrena)  pensait que jouer tous les nouveaux arrivants en même temps les aiderait à s’intégrer dans l’équipe ».

Mido a également montré du doigt  une  défaillance dans la façon de communiquer vers l’extérieur : « J’ai senti qu’il y avait un problème avec la façon dont le club communique avec les médias et j’ai convenu avec la direction que ce sera mon rôle. Nos joueurs seront plus impliqués dans les activités médiatiques car nous pensons que cela fait partie de notre travail ». Mido pense qu’il est trop pour le club de se présenter dans l’opinion comme un concurrent direct d’Al Ahly et du Zamalek. Il faudra le faire étape après étape lorsque des performances  régulières seront à la hauteur  de l’ambition.  A noter qu’après 14 journées de Premier League, Pyramids FC  occupe la cinquième place  à huit  longueurs de la première place occupée au Zamalek.

@2022mag.com