Sam Morsy est en quelque sorte  » une pièce rapportée » au sein de l’effectif des Pharaons. Ce natif de Wolverhampton (27 ans)   à l’éducation British bien marquée n’a jamais joué en Egypte et à fait ses débuts en sélection il y a deux ans sous l’ère de l’Argentin Hector Cuper. C’était le 30 août 2016 cotre la Gunée (1-1). Depuis,  le milieu de terrain de Wigan,  même s’il ne  compte que six sélections, a pris goût aux convocations. Et avec l’arrivée du nouveau sélectionneur, le Mexicain Javier Aguirre, il compte s’installer définitivement dans le noyau dur du groupe : »Je pense que je vais avoir de bonnes chances après avoir parlé à plusieurs reprises au staff a-t-il confié au micro du site officiel de  Wigan, les matches internationaux sont toujours très excitants et je me sens toujours revivre  quand j’y participe. C’est un immense privilège, cela ne dure pas éternellement. Lorsque vous avez l’occasion de  jouer pour votre pays, vous devez simplement tenter votre chance ».

C’est dans cet état d’esprit, cent pour cent positif, qu’il s’apprête à honorer sa septième cape face à la Tunisie dans un match comptant pour la cinquième journée des éliminatoires de la CAN 2019: « Les derniers   matches de qualification ont été un moment génial, a ajouté, nous avons obtenu deux excellents résultats et ce fut un très bon stage car c’était une bonne occasion pour moi de bien connaître le groupe  et  réciproquement. C’était un  stage  très positif. L’équipe est jeune. C’est une période très bénéfique pour l’Egypte ». Il faut rappeler que l’Egypte et la Tunisie  sont d’ores et déjà qualifiées. Mais ce match aura pou enjeux la première  place du groupe et  une forme de suprématie régionale qui pourrait servir  dans la perspective de retrouvailles lors de la phase finale qui doit se dérouler au Cameroun en juin-juillet 2019.

@2022mag.com