Corentin Martins n’est pas le genre d’entraîneur ou de sélectionneur à sauter au plafond après chaque bon résultat de son équipe. Il a gardé le même cap  après la très belle et prometteuse victoire des Mourabitounes  face au Burkina Faso (2-0) lors de la deuxième journée des éliminatoires de la CAN 2019. Il sait le chemin parcouru et celui, qu’il estime long, encore à parcourir avant de crier victoire :  » Oui, nous avons pris  six points,  mais ce qui compte pour moi, c’est d’être là à la fin, tient-il à faire savoir dans un entretien accordé au site de Radio France internationale,  au sixième match, être l’une des deux équipes qui seront qualifiées peu importe le classement. C’est vrai que deux matches deux victoires, c’est extraordinaire pour nous, mais c’est une étape parce que c’est vraiment la fin qui compte. Et la fin, c’est en mars 2019″.

Mauritanie 2018 (photo page facebook de la FFRIM)

Mauritanie 2018 (photo page facebook de la FFRIM)

L’esprit du technicien français est déjà tourné vers la double confrontation du mois d’octobre face à la redoutable formation de l’Angola. Avec un premier match à Luanda. C’est à l’issue de ces deux duels que la Mauritanie pourra y voir plus clair :  » La qualification peut se jouer jusque-là, a ajouté l’ancienne star de l’AJ Auxerre,  si on peut se qualifier avant tant mieux.  C’est deux matches qui vont être très importants parce que l’Angola a gagné aussi dimanche face au Bostwana (1-0). C’est une équipe avec beaucoup de qualités techniques, donc on va bien préparer ce match qui va venir vite. Il faudra faire deux bons matches et essayer de revenir avec un résultat de l’Angola et confirmer nos performances à domicile, je sais que nos joueurs adorent évoluer devant leur public » Les coéquipiers de l’attaquant Ismaël Diakité pourront en effet estimer avoir fait l’essentiel s’ils arrivent a prendre au moins quatre points sur six aux Palancas Negras, C’est dans leurs cordes, car les Moutabitounes ont montré qu’ils savaient voyager.

@Cheikh Mabele