Après avoir affronté et dominé  le Wydad Casablanca (1-0, 0), Mamelodi Sundowns  va encore se coltiner une équipe nord-africaine en Ligue des champions. Cette fois ce sera Al Ahly en quart de finale avec un match aller au Caire. Les « Brazilians' » de Pretoria ne se formalisent plus et commencent même à apprécier ces déplacements et  ces confrontations avec les grands clubs  du nord du continent.

C’est ce que pense en tout cas leur entraîneur :  « Un tirage incroyable, cela ressemble à tout ce que font les Sundowns, nous suivons à nouveau les mêmes équipes, a confié Pitso Mosimane  (55 ans) dans les colonnes du magazine sud-africain  Kick Off, cela nous es déjà arrivé  avec  le Wydad AC dont nous héritons  chaque fois en phases de groupes . Maintenant, l’histoire recommence avec Al Ahly.  Nous les affronterons comme,l’année dernière. Mais les matches ne se ressemblent jamais. On aura affaire  à  des équipes, des années différentes , des mentalités différentes et des humeurs différentes. Je crois qu’Al Ahly ne nous connaissait pas ou ne nous respectait pas au début, mais ce la a changé  après les résultats de l’année dernière lorsque nous les avons éliminés des quarts de finale. Je pense que l’ambiance sera différente, ils se  prépareront davantage pour nous.Mais selon moi la pression est sur Al Ahly, pas sur nous ».

m

Mamelodi Sundowns – (photo cafonline.com)
Mosimane a affronté le Wydad de Casablanca huit fois ces quatre dernières années.

Il faut dire que de ces déplacements au Maghreb en particulier et en Afrique du nord en général, le manager sud-africain affirme n’en garder que de bon souvenirs. Et pour cause, entraîneur compétent, personnage sémillant  et bienveillant, il commence à âtre aimé voire même admiré  par les supporters des clubs arabes. Il en est conscient et heureux. Il  affirme qu’il se souviendra toujours de l’ovation qu’il a reçue de la pat des ultras du WAC  et de l’empressement des fans autour de lui pour obtenir un selfie. Comme il se souviendra  du bon accueil réservé par les inconditionnels de l’USM Alger.

Alors la perspective d’aller au Caire à la fin février l’enchante plus qu’elle ne l’inquiète :   » Vous allez au Caire et ils vous respectent. La façon dont ils vous traitent est incroyable », s’enthousiasme le natif de Kagiso.  Avant de s’interroger :  » Je veux dire, qui suis-je  pour être traité comme ça?  Avec autant d’égards. Ils me traitent comme s’ils voyaient Pep Guardiola. Je suis un simple entraîneur local d’Afrique du Sud, mais c’est incroyable le respect et la réponse que j’obtiens d’eux. Je ne sais pas, ils croient en moi. Les Egyptiens  m’ont donné une chance et m’ont invité  à la télévision pour analyser leurs matches [pendant la Coupe d’Afrique des Nations. Alors que je ne parle même pas arabe. Quand on est respecté, ça rend humble .Quand vous venez et que vous dites que vous êtes d’Afrique du Sud, en Égypte, ils vous respecteront ». Cela change beaucoup du discours négatif ambiant qui a parfois tendance à vouloir opposer sur le continent  le Nord au Sud, l’Est à l’Ouest…Rafraîchissant !

@Cheikh Mabele