La proposition du président de la FIFA, Gianni Infantino de porter le nombre de qualifiés à une phase finale de la Coupe du monde à 48 au lieu de 32 ne plaît pas tout le monde. Le manager d’Arsenal, Arsène Wenger, est dubitatif et pense qu’il y a d’autres priorités. “ Est-ce que cette proposition est guidée par des raisons de popularité ou bien par une volonté d’élever le niveau du jeu ? Je suis un peu sceptique, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. Avant d’indiquer qu’il y avait d’autres priorités: “ Le système des qualifications doit déjà changer en Europe « . Il est inutilement chargé selon le boss des Gunners: “ Regardez les performances des grandes nations, elles se qualifient avec 90% de victoires, participent à la phase finale et puis il faut recommencer. Le nombre de matches que doivent disputer les joueurs est un non sens”.  Gianni Infantino qui pousse pour un changement de formule dès le Mondial 2026 pourrait lui rétorquer que les arguments du football européen ne sont sans doute pas recevables par l’Asie ou l’Afrique.

@2022mag.com