Alors que le Maroc, candidat à l’organisation des Mondial 2026, a contesté auprès de la FIFA la place importante, pour ne pas dire décisive, de la tank force chargée de l’évaluation des dossiers, il vient d’avoir le soutien fort et direct d’Ahmad Ahmad, le président de la Confédération africaine de football (CAF).

Ahmad Ahmad monte au créneau pour défendre l'équité dans la désignation du pays organisateur du Mondial 2026.

Ahmad Ahmad monte au créneau pour défendre l’équité dans la désignation du pays organisateur du Mondial 2026.

En effet, dans un entretien accordé à Radio France Internationale  (RFI), Ahmed Ahmad  a  clairement tacle la FIFA à la quelle il demande de faire en sorte que son congrès reste le vrai maître dans la décision d’attribution du Mondial. Et surtout que cette fameuse Task Force n’ait pas en quelque sorte le pouvoir de vie ou de mort sur une candidature avant même qu’elle affronte le feu du scrutin démocratique:  » C’est contestable et contesté par nous-même, l’Afrique, et en partie aussi par l’Europe. Par moi, personnellement, en tête, avec les membres du conseil africain. Parce que nous estimons que la réforme introduite en février 2016 au niveau de la Fédération internationale de football donne la responsabilité et le pouvoir au Congrès de désigner le(s) pays hôte(s) de la Coupe du monde. Nous estimons donc que le Conseil [comité exécutif ) doit être comme une boîte aux lettres qui transmet les dossiers de candidature au Congrès [le parlement de la FIFA qui regroupe 211 associations, Ndlr]. C’est au congrès de voter en son âme et conscience pour le pays qui réussira à le convaincre en vue de l’organisation.Il ne faut pas oublier qu’on n’organise pas uniquement pour des raisons financières un grand événement comme la Coupe du monde. Il y a aussi d’autres intérêts qui doivent entrer en jeu. Aujourd’hui, on donne à une instance qui a été créée par le Conseil tous les pouvoirs. Non seulement le pouvoir d’éliminer un candidat, mais le fait aussi que cette décision soit sans appel.On n’a jamais vu une instance pareille ! Même le président  Gianni Infantino n’a pas ce pouvoir de décider sans appel. C’est ça que nous contestons vigoureusement.

Maroc 2026

Maroc 2026

 Toujours en ce qui concerne  la Task Force, le patron de l’instance faîtière du football africain ne prend pas de gants :  » Cette Task Force, c’est pour nous un retour en arrière. Ce que nous cherchons, c’est le fait que la Task Force ait seulement pour rôle d’analyser les dossiers de candidature, de collecter les informations, pour qu’on puisse les envoyer [aux présidents d’association qui voteront le 13 juin 2018 « .

Il reste à savoir maintenant comment va réagir la Fédération internationale à la mise au point tranchante de la Confédération africaine de football qui a pris ses responsabilités pour défendre la candidature de l’un de ses membres. Pour rappel, la commission d’évaluation de la FIFA, est attendue au Maroc du 13 au 16 avril.Une chose est sûre, le Maroc qui a été un  candidat malheureux  à l’organisation de ma Coupe du monde à quatre reprises ne veut pas être floué une cinquième fois par une règle du jeu qui aura changé en cours de route.

@Cheikh Mabele