Dans un long entretien accordé à a chaîne Al-Jazeera en anglais, Hassan Al-Thawadi, secrétaire général du comité suprême pour la livraison et l’héritage, a indiqué que les travaux concernant l’infrastructure du Mondial 2022, notamment les stades, ne subiront aucun retard. Une précision faisant allusion au boycott politique et économique imposé par une coalition de  pays voisins menée par l’Arabie Saoudite. » L’impact a été minime, a indiqué le dirigeant qatari, des fournisseurs alternatifs ont été trouvés. La construction des stades continue de progresser. » Les entreprises saoudiennes qui opéraient dans le pays ont rapidement été remplacées par des sociétés malaisiennes, chinoises et turques. Dans la foulée, le Comité Suprême a dévoilé les plans de construction du sixième site sur les neuf prévus avec l’accord de la FIFA,  Al-Thumama Stadium. Basé à Doha, et ‘une capacité de 40 000 places, il a été confié à une entreprise  mixte turco-qatarie. Pour rappel, accusé de soutenir l’extrémisme islamiste et d’entretenir des relations suivies avec l’Iran, le Qatar es ms en quarantaine  par l’Arabie Saoudite, Bahrein, les Emirats arabes unis et l‘Egypte.

@2022mag.com