L’Arabie Saoudite est la seule chance sérieuse de qualification du football arabe alors que l’on entre dans la ligne droite des éliminatoires du Mondial 2018 zone asiatique. L’Irak n’a jamais été dans la course, alors que la Syrie, les Emirats arabes unis et le Qatar conservent un espoir tellement infime de disputer  le barrage qui  opposera le troisième de chaque groupe.

Groupe A

Syrie et Qatar, le très mince espoir

Dans un groupe où l‘Iran a déjà  validé de façon brillante son billet pour la Russie, les deux représentants arabes, Syrie et Irak, vont essayer de s’offrir une troisième place qualificative pour le barrage. Cela tombe bien, dés le jeudi 31 août l’une des deux équipes devra dire adieu à son filet d’espoir. En effet Syriens (4èmes avec 9 points) et Qataris  (5ème avec 7 pts)  vont s’affronter  sur terrain neutre  à Melaka en Malaisie en raison de la situation sécuritaire en Syrie. Le vainqueur du duel conservera une chance, surtout si la Corée du Sud (2ème) arrive à surprendre  l’Ouzbékistan ( 3ème avec 12 points)  sur ses terres. Il faut rappeler que le Qatar est resté en vie après l’exploit  réalisé face à la Corée du Sud (3-2) lors de la septième journée disputée en juin dernier.

 Après la belle victoire syrienne en Chine ( photo afc.com)

Après la belle victoire syrienne en Chine ( photo afc.com)

Le programme

31 août

Melaka : Syrie- Qatar ;  Wuhan City : Chine – Ouzbékistan ; Séoul : Corée du Sud – Iran

5 septembre

Doha: Chine – Qatar; Téhéran : Iran – Syrie , Tashkent : Ouzbékistan – Corée du Sud

Groupe B

Les Emirats ont besoin d’un miracle

Emirats arabes unis en quête d'un deuxième Mondial après celui de 1990

Emirats arabes unis en quête d’un deuxième Mondial après celui de 1990

Les Saoudiens n’ont jamais été aussi proche d’une qualification pour la Russie 2018. Et même s’il leur reste deux énormes chocs à disputer.En effet, jeudi 31 août, il effectueront un déplacement périlleux à Al Ain pour affronter leur voisin  les Emirats arabes unis.Avec six points d’avance, ils ont  de la marge bien sûr. Le problème c’est qu’ils devront se méfier d’un troisième larron, l’Australie qu’ils ne devancent qu’à la différence de buts. Les Socceroos se déplacent  à Tokyo pour défier le Japon, leader du groupe. Le scénario idéal pour les hommes de Lambertus Marwijk  ressemblerait à ça : gagner à Al Ain et espérer un partage des points entre Nippons et Australiens. Puis finir le travail lors de la dernière journée en dominant la formation dirigée par Vahid Halilhodzic. Quant aux émiratis, même en remportant leur deux matches contre les Saoudiens et les Irakiens, ils continueront à dépendre des résulats des autres équipes. Le chemin qui mène à la troisième place du groupe est vraiment étroit et incertain.

Le programme

29 août: Al Ain: Emirats – Arabie Saoudite ;  31 août : Saitama: Japon – Australie

5 septembre: Melbourne: Australie – Thaïlande; Amman: Irak – Emirats arabes unis; Jeddah: Arabie-Saoudite – Japon.