De retour en sélection depuis qu’il a signé au Steaua Bucarest, le champion de Roumanie, Houcine Kharja, 32 ans et 79 sélections au compteur, semble revivre. Pour lui et les Lions de l’Atlas, le mois de novembre va être crucial avec cette double confrontation contre la Guinée Equatoriale qualificative pour la phase de groupes des éliminatoires du Mondial 2018 Le natif de Poissy en région parisienne ne veut pas rater la marche et en appelle à l’union sacrée: “car ce prochain duel est crucial pour l’avenir de l’équipe nationale et de cette jeune génération. On se doit d’arriver à la phase de groupes peut importe la manière et c’est la seule chose qu’on doit se mettre en tête », a-t-il martelé dans les colonne du site Mountakhab.net. Avant d’expliquer comment y arriver : “Le Mondial est dans trois ans et on ne peut pas se permettre de rester sur le carreau dès maintenant. Mais, il faut éviter surtout de se mettre trop la pression. Nous les joueurs, nous devrons nous rendre compte de l’importance de ces deux matches et j’invite tous les Marocains que ce soit le staff, les joueurs, le public, la presse et tous ceux qui aiment réellement la sélection et lui veulent du bien à tirer dans le même sens pour qu’on puisse tous ensemble obtenir des résultats. C’est la seule chose qui compte.” L’international chérifien a raison, le Maroc a un importante carte à jouer. Après avoir manqué la CAN 2015 et les Mondiaux 2006,2010 et 2014, l’erreur n’est plus permise pour un football au potentiel considérable.

@2022mag.com