Vahid Halilhodzic n’oublie toujours pas l’Algérie. Lui qui vient de qualifier le Japon pour le Mondial 2018 s’est dit étonné et en même temps déçu de voir l’Algérie, cette formation qu’il avait dirigée avec un certain succès pendant trois ans, se faire éliminer de la course à la qualification de la sorte. »Les résultats de l’équipe algérienne et son élimination de la course à la Coupe du monde m’ont beaucoup étonné, a-t-il confié dans les colonnes de la version croate de Goal.com, Ce qui est étrange, c’est que l’équipe est déjà éliminé après seulement quatre matches sur six de ces éliminatoires de la Coupe du monde et occupe une triste dernière place dans son groupe. »

Le Franco-bosnien qui a connu la ferveur extraordinaire qui avait envahi le pays avant et après le Mondial 2014 est peiné pour les supporters algériens « Je connais bien le peuple algérien, a-t-il ajouté,  pour les supporters cette élimination est une catastrophe nationale. Je m’attendais sincèrement à ce que l’équipe algérienne continue de progresser. L’équipe algérienne a encore des joueurs qui jouent dans les plus grands clubs d’Europe. »

Puis, un peu mystérieux, l’ancien coach du Paris SG, de Lille et du Raja Casablanca a poursuivi en disant : « Je sais très bien ce qui est arrivé à l’équipe algérienne, mais je ne veux plus parler de ce sujet parce que je ne veux pas mettre de l’huile sur le feu3. » Enfin, comparant ses expériences africaines avec celle qu’il vit au Japon depuis trois ans, il pointe la vraie différence:  « La Côte d’Ivoire et l’Algérie ont probablement de meilleurs joueurs que le Japon. Les Japonais n’ont pas les mêmes qualités intrinsèques que les Ivoiriens ou les Algériens, mais la force du Japon repose sur la discipline et la rigueur. » On comprend sans doute mieux les remous que traverse le groupe des Fennecs depuis deux ans et dont les médias locaux rendent compte de façon partielle et confuse.

@Cheikh Mabele