Le feuilleton du présumé transfert de l’attaquant Mostafa Mohammed  du Zamalek vers l’AS Saint-Eienne, club de Ligue 1 française, est clos. Dans un certain désordre d’ailleurs. Alors que sa concrétisation semblait proche, c’est le club cairote qui a rompu les tractations de façon fracassante après avoir pris connaissance des commentaires, jugés désobligeant, du président stéphanois Roland Romeyer au micro de la télévision du club. L’homme fort  des Verts a en effet  accusé des personnes proches du club égyptien :  Il y a des gens qui ont demandé une commission pour nous faciliter le processus de transfert de Mostafa Mohamed, et je serai obligé de nommer ces personnes  si nous n’arrivons pas à boucler l’accord ». Une sortie médiatique qui a provoqué le courroux  du vice-champion d’Afrique  et l’a conduit à  mettre  fin aux échanges.

Dans la foulée, les dirigeants français, via leur  chargé de recrutement, ont réagi en présentant leurs excuses  et en évoquant plutôt un malentendu :  » La colère de  Romeyer n’était pas contre le conseil d’administration de Zamalek mais contre tous les contacts et intermédiaires qui voulaient s’impliquer dans le processus de négociation entre les deux clubs concernant le transfert de Mostafa Mohamed », a expllqué  Jean-Luc Buisine, l’AS Saint-Étienne est profondément désolée pour ce malentendu. Nous croyons fermement au professionnalisme de Zamalek et à la loyauté et l’honnêteté des membres de son conseil d’administration. Nous souhaitons sincèrement que Zamalek et l’AS Saint Etienne maintiennent de bonnes relations de travail ». Il faut rappeler que le Zamalek demandait 5 millions d’euros pour laisser filer son attaquant international. Saint-Etienne avait fini par accepter de s’aligner sur ce chiffre  mais à condition de payer la facture en feu fois.

@2022mag.com