Alors que son adjoint Valdo a été conservé, l’entraîneur portugais Artur Jorge a quitté le banc  du MC Alger sans rancoeur. A la lecture de l’entretien qui’il a accordé au magazine competiton.dz, il a au contraire  il a donné l’impression d’être soulagé d’abandonner sa charge tant il se sentait usé psychologiquement par une année 2015 stressante. A l’heure du bilan, il a donné son avis sur le football et les footballeurs algériens:  “C’était une belle expérience. Avant que je vienne à Alger, je ne connaissais rien sur le football en Algérie, sauf sur les joueurs qui évoluent en Europe, mais j’ai constaté qu’il y avait des bons éléments qui peuvent facilement jouer en Europe. Même au Mouloudia, il y a de très bons joueurs, mais pour atteindre le haut niveau, il faut travailler. Avec le sérieux et le travail on peut atteindre nos objectifs”. Sérieux, travail et rigueur sont les maîtres mots de l’ancien coach du Paris SG qu’il conseille aux dirigeants du MC Alger d’adopter au plus vite  .Pour lui, le club des Chanouas doit occuper une place prépondérante sur la carte du football qui est la sienne aujourd’hui : “ Avec un grand public comme celui du MCA, ce club doit être un géant de l’Afrique, mais j’ai constaté qu’il y a un problème d’organisation. Il faut revoir l’organisation du club et je suis persuadé que ce club peut être le meilleur en Algérie. Quand vous n’avez même pas un stade pour vous entraîner, qu’est-ce que vous attendez de l’équipe ?  Des fois, on nous annonçait qu’on allait s’entraîner dans un terrain en gazon et quelques minutes après, on se retrouvait sur un terrain en tartan”. Hélas, pour le doyen des clubs algériens, les entraîneurs se succèdent à un rythme infernal et tirent les mêmes conclusion et les mêmes leçons: le MCA est un élève doué qui peut faire beaucoup mieux.

 @2022mag.com