Pape Diouf a rendu l’âme mardi dans un hôpital de Dakar sous les coups de boutoir du coronavirus à l’âge de 68 ans. Journaliste sportif  à ses débuts professionnels, le Sénégalais avait tracé braillement sa route en prenant de longs et fructueux chemins de traverse. D’abord ses réussites en tant qu’agent ont fait sa réputation et sa réussite.Il avait eu dans son écurie des joueurs de très haut niveau ou qui le sont devenus sous sa direction: de Samir  Nasri à  Didier rogba en passant par Basile Boli, Marcel Desailly, William Gallas ou  Grégory Coupet. Pour ne citer que ceux-là.

 Ensuite, il y a eu sa période  président de club. Et pas n’importe quel club, puisque c’est Marseille qu’il dirigea  de main de maître entre 2005 et  à 2009  Quatre ans seulement aux cours desquels il a boulversé et réorganisé le fonctionnement du seul club français champion d’Europe (1993). Même si le premier titre national du club provençal est arrivé quelques mois après que feu le propriétaire du club, Robert-Louis Dreyfus lui a signifié la fin de l’aventure.

L’OM, sous la houlette de Didier Deschamps, que Pape Diouf  avait fait venir, remporte  le iitre national  d un exploit que l’OM n’avait plus réussi depuis 1993. S’il avait quitté le haut de la scène st les puissants projecteurs de l’actualité, le natif d’Abéché au Tchad  a continué  à suivre le sort en général et le football en particulier  qui avait fait sa bonne  réputation  distillant régulièrement ses avis, ses conseils comme consultant et expert et en animant moult conférences à travers le monde. Sa disparition brutale a soulevé un torrent d’émotion à Marseille bien sûr, mais également dans route la France du football et bien sûr dans son pays d’origine, le Sénégal, où il avait  passé beaucoup de temps ces dernières années.

@2022mag.com