La Fédération royale marocaine plancherait actuellement sur l’élargissement du nombre de pensionnaires de la Botola Pro de 16 à 20 clubs. Un sacré gonflement de l’élite à l’heure où des pays mieux pourvus en moyens et plu structurés, notamment en Europe, cherchent à réduire la voilure de leur élite. Et souvent pour des raisons de calendrier surchargé: compétitions continentales et mondiales de clubs, sélections nationales. Pour mémoire, aujourd’hui une journée de Botola avec 16 clubs est  déjà étalée sur trois ou quatre jours. Qu’en sera-t-il avec un championnat à 20 clubs ? Le problème, c’est qu’au Maroc la raison principale de cet engouement pour le changement de gabarit s’expliquerait, croient savoir certains médias chérifiens, par le risque sérieux de voir chuter en division inférieure deux maisons historiques du football local, en l’occurrence le Moghreb de Fès et le Kawkab Marrakech, deux clubs disposent en outre de stades ultramodernes qu’il sera certainement difficile de rentabiliser en cas de relégation. Affaire à suivre.

@2022mag.com