L’élimination de la côte d’Ivoire championne en titre par le Maroc restera comme l’un des beaux exploits de la CAN 2017. Mais ce succès est aussi celui d’Hervé Renard qui était attendu au tournant par de nombreux détracteurs. Le belle performance  réalisée sur la pelouse du stade d’Oyem a libéré la rage contenue du technicien  français qui, prenant prétexte de défendre Michel Dussuyer, son confrère sélectionneur des Eléphants, a réglé ses comptes avec les journalistes et quelques autres: «Il y a des gens qui m’ont dit que j’étais un entraîneur indigne d’entraîner la Côte d’Ivoire, a-t-il rappelé en force, le problème c’est que trois semaines après, les mêmes gens dansaient sur les tables. Il faut arrêter de retourner votre veste à chaque fois ».

516ad4dd-94e9-47cf-b0d5-24c03d2fb6b5

Puis faisant clairement allusion à l’avalanche de critiques dont il a été l’objet au Maroc avant l’ouverture de la CAN, notamment au sujet de ses choix de joueurs, il a frappé fort:  »  Des anciens joueurs, des anciens sélectionneurs qui donnent leur avis… Mais qu’ils fassent leur travail à l’endroit où ils sont d’abord!  Ce qui m’horripile dans le football aujourd’hui, c’est que tout le monde a la solution. J’attendais cette victoire pour vous faire ce cri parce que j’ai subi la même chose à Lille. On ne m’a pas laissé le temps. Dans le foot, il faut du temps. Cette nouvelle génération ivoirienne en a besoin et elle gagnera de nouveau. Je peux vous l’assurer ». Ce cri du coeur d’un technicien que certains de ses  pairs  et les représentants des médias  semblent vouloir condamnés à toujours faire ses preuves à fait l’effet d’une bombe à Oyem.

@2022mag.com