La campagne de candidature du dossier marocain s’est donnée un nouveau coup d’accélérateur ce week-end. Avec en maître d’œuvre son président, le tonique Moulay Hafid El-Alamy, ministre de l’Economie. L’ancien défenseur central du lycée Victor Hugo de Marrakech a désormais des allures d’attaquant quand il défend le dossier d’un pays et quelque part, de tout un continent…

Une immense salle, attenante à un hôtel international, aménagée comme un stade avec plusieurs « tribunes », de part et d’autre d’une scène centrale, avec d’immenses écrans. Et au centre, un rectangle vert avec des lignes blanches, qui rappelle évidemment un terrain de football. Le regard bleu déterminé et une énergie débordante, Moulay Hafid El-Alamy prend place au centre. Seul.

Deux jours plus tôt, les représentants du dossier Maroc 2026 ont déposé le projet à Zurich, au siège de la FIFA. Un document, le Bid Book, aux allures de bibliothèque ! « 24 tomes, 40 000 pages ! » énumère le Ministre de l’Economie, nommé président du Comité d’organisation par Sa Majesté le Roi le 11 janvier dernier, à la veille du coup d’envoi du CHAN au Maroc. 80 personnes ont travaillé nuit et jour au dossier depuis son lancement, et près de huit ministères sont concernés.

 Moulay-Hafid-El-Alamy-Pdt-du-Comité-dorganisation-2026

Moulay-Hafid-El-Alamy-Pdt-du-Comité-dorganisation-2026

Les chiffres qu’énumère l’homme fort du dossier 2026 donnent évidemment une idée des enjeux considérables, tant économiques que sociaux, et de la précision quasi scientifique avec laquelle les Marocains ont dû bâtir ce projet pharaonique : « Rien que pour un stade de football, il y a 172 critères distincts ! » Jusqu’à la luminosité et la position du soleil ! L’audience, marocaine et internationale, est dans le vif du sujet. Parmi les invités, on remarque la présence de Nawel El-Moutawakil, l’ancienne championne olympique et Ministre des Sports, tout juste de retour d’une mission en Asie. Où il s’agit désormais de convaincre les Fédérations de se ranger derrière la candidature Maroc 2026. Le temps presse, il reste moins de trois mois avant le vote de la FIFA, le 13 juin à Moscou.

 » On n’a pas transformé la stratégie du pays

pour coller  aux besoins de la FIFA,      nous avons fait l’inverse »

Nourredine Naybet, Aziz Bouderbala, Mustapha El-Haddaoui, tous d’anciens Grands du football chérifien, sont aussi venus en soutien. Jamal Sellami, récent vainqueur du CHAN à la tête de la sélection locale début février, est également présent.
Moulay Hafid El-Alamy poursuit sa démonstration, et évoque la notation du dossier, qui prend en considération quatre critères éliminatoires : « Les stades, pour 35% ; les transports 13% ; les sites 6% ; l’hébergement 6% , soit un total de 60%. Pour le reste des critères, ils ne sont pas éliminatoires ». Un film de trois minutes est projeté, avec comme thème récurrent la passion immodérée des Marocains pour le football. Le patron de Maroc 2026 annonce aussi le lancement d’un site dédié à 2026 : www.morocco26.com.
On le sait depuis le 23 janvier et la première présentation de ce dossier complexe, 14 stades sont proposés mais douze seulement seront retenus, avec deux enceintes pour Casablanca et Marrakech. Agadir, Nador, Fès, Tanger, Rabat, Oujda, Tétouan, Meknès, El Jadida et Ouarzazate font partie de cette liste. Cinq enceintes sont à rénover, quatre seront non modulables, et cinq modulables, par conséquent appelées à voir leur capacité diminuée après l’évènement pour correspondre à des besoins en rapport avec le bassin de population.

Maroc 2026

« On n’a pas transformé la stratégie du pays pour coller aux besoins de la FIFA, nous avons fait l’inverse » clame le patron de Maroc 2026. Il souligne le travail des ambassadeurs qui parcourent le monde en quête de soutiens et de voix, le rôle à jouer des légendes africaines, Drogba et Eto’o en tête. « Les dés ne sont pas encore jetés » rappelle-t-il, pour bien insister sur son optimisme. « Imaginez que je sois déprimé ! ce serait très très grave ! Alors, j’y mettrai tout mon sang. 80 personnes mettent leurs tripes sur la table. Comment voulez-vous que je n’aie pas les ailes qui poussent ? Je suis absolument dédié à la cause ! »
Applaudissements nourris dans la salle. « Avec ou sans Coupe du monde, ce qui aura été fait laissera un héritage au Maroc ». Le Royaume a budgété un investissement de 15,8 milliards de dollars sur la période 2018-2026 pour mener à bien l’opération Coupe du monde, qui verra le pays se doter de 21 hôpitaux aux normes internationales. 110 000  emplois devraient également être créés pendant une période de neuf ans.
A peine le temps de souffler, avant d’accorder quelques entretiens aux médias internationaux que déjà, Moulay Hafid El-Alamy a repris la route pour rejoindre Marrakech, où l’attend le président de la FRMF, Fouzi Lekjaa, afin de poursuivre la défense du dossier. Le Maroc du football, en cette fin de journée, est heureux puisque le WAC, le Raja et Berkane, le club du président Lekjaa, ont tous franchi un tour supplémentaire en Coupes d’Afrique…

@Samir Farasha, à Casablanca