Le milieu de terrain international marocain Nabil Dirar  vit une saison exaltante avec l’AS Monaco sur les scènes française et européenne. Il ne s’exprime pas souvent au sujet des Lions de l’Atlas. Cette fois, il l’a fait dans les colonnes du magazine Jeune Afrique. Et il se montre optimiste pour l’avenir proche: “ On a pris du retard, c’est exact. À cause des multiples changements de sélectionneurs, de joueurs… Le Maroc ne s’est plus qualifié pour la Coupe du monde depuis 1998, et lors des dernières CAN où il était présent, il a déçu. “ Voilà pour l’état des lieux.

Mais ce qui passionne évidemment le Monégasque, ce sont les perspectives. Il les voit belles: “Maintenant, il faut regarder devant nous. L’équipe nationale disputera finalement les qualifications pour la CAN 2017 et on doit se qualifier. Comme nous devons tout faire pour jouer la Coupe du monde 2018. Le Maroc a un bel avenir. Il y a des joueurs de haut niveau dans cette sélection, comme Benatia, Belhanda, et quelques autres. Et un entraîneur, Badou Zaki, qui a de l’expérience. C’est avec lui que le Maroc a obtenu ses derniers résultats lors de la CAN 2004 (finaliste).La présence de Mustapha Hadji, son adjoint, est précieuse: on sait quel footballeur il a été, il est très respecté et écouté. Il apporte beaucoup…” Dirar, lui, apportera son expérience du haut niveau et certainement son envie de briller enfin avec une sélection nationale affamée de grandes sensations et revancharde

@2022mag.com