La demi-finale aller entre Al Ahly  et l’ES Sétif s’annonce passionnante. Comme le sont en général toutes les oppositions égypto-algériennes même si le côté sulfureux de la fin des années 2000 s’est beaucoup estompé. Désormais les relations entre les deux footballs sont pacifiés. Et l’accueil courtois réservé par Le Caire aux Aigles Noirs en témoigne. Il n’empêche, sur le terrain la bataille s’annonce rude entre deux clubs dévorés par l’ambition. Le champion d’Egypte en titre  a une obsession: remporter ce neuvième titre continental derrière lequel il court depuis 2013. De son côté, l’ESS veut montrer qu’elle est guérie après les errements qui ont suivi le troisième titre   continental remporté en 2014. Avec notamment une suspension par la CAF après les incidents qui avaient émaillé un match de LDC contre les Sud-Africains de Mamelodi Sundowns.

Difficile mission pour l'ESS  contre Al Ahly selon Taoussi

Difficile mission pour l’ESS contre Al Ahly selon Taoussi

Après un départ calamiteux dans la phase de groupes, zéro point  en deux matches, l’Entente  de Sétif a passé la surmultipliée  et a fini par coiffer le MC Alger sur le fil et valider son billet avant d’éliminer en quart de finale, à la régulière, le WA Casablanca  (1-0, 0-0 ) champion  d’Afrique en titre. Notamment en se montrant intraitable défensivement  dans le cratère Mohammed V.  Al Ahly a connu un parcours similaire avec des débuts chaotiques (1 point en deux matches ). L’arrivée de l’entraîneur Patrice Carteron en juillet a permis de changer la donne. La machine à gagner s’est remise en marche au point de dominer l’autre favori de son groupe, l‘ES Tunis, sur ses terres, avant de dérouler en quart finale face à un Horoya Conakry (0-0, 4-0) qui avait rêvé  un peu trop haut.

Ce duel au sommet sera également l’opposition de deux entraîneurs, Patrice Carteron et Rachid Taoussi,  brillants et très expérimentés. Le premier a déjà connu le bonheur d’une victoire en Ligue des champions avec le Tout Puissant Mazembe. C’était en 2015. Une performance prolongée par une participation au Mondial des clubs  (6e) et un autre succès en Super Coupe d’Afrique.  Le deuxième est un vrai meneur d’hommes. Ancien entraîneur, entre autres  du MAS. de Fès du  WA Casablanca et des Lions de l’Altas, il tient absolument à décrocher ce Graal qui manque à son palmarès. Il veut surtout laisser une trace indélébile dans un club et une ville où il  a été formidablement accueilli  et  où il bénéficie d’un véritable respect. Notamment après l’exploit de Casablanca.

Patrice Carteron quitte Wadi Degla pour de raisons financières

Patrice Carteron quitte Wadi Degla pour de raisons financières

 Au Caire comme à Sétif, chacun  est convaincu que la finale lui est promise. Al Ahly est  invaincu en Premier League  et devait prendre ses commandes dès qu’il aura disputé son match en retard. Chez les Red Devils, on déplore surtout la décision des autorités de limiter à 8500 le nombre de fans autoriser à suivre le derby nord africain : »Je suis vraiment triste de cette décision, a commenté  Patrice  Carteron en conférence de presse, j’ai joué environ 30 matches dans la compétition africaine et si les fans étaient bannis à cause de leurs chants à chaque match, nous ne les verrions plus dans les tribunes. Mais nous respectons toutes les décisions et nous jouerons le match ».  Concernant l’adversaire, le technicien français affirme avoir de l’estime pour l’ESS.  » «Je connais cette équipe de Sétif. Je l’ai déjà affrontée lorsque j’étais avec le TPM. C’est une équipe qui a l’expérience continentale et qui ne va pas se présenter en victime au Caire. Il y a dans cette équipe de très bonnes individualités et un staff technique de haut niveau. Nous devons par conséquent rester lucides et concentrés tout au long du match. Nous avons bien étudié leur jeu et leurs points forts et faibles ». D’où  l’importance de faire la différence dès mardi soir au Caire?

Rachid Taoussi

Rachid Taoussi

A l’opposé, l’ESS  alterne les bons et les mauvais résultats en Ligue 1. A preuve, sa deuxième défaite  à domicile  face à la JS Kabylie (0-1) trois jours  seulement  avant de s’envoler pour le Caire. Un couac qui n’inquiète cependant pas outre mesure le technicien marocain  : «On a oublié déjà la défaite de la JSK. Nous sommes concentrés sur ce rendez-vous face au Ahly qu’on négociera comme il se doit. Il est vrai que notre tâche ne sera pas de tout repos devant une grande équipe comme Ahly du Caire. Cependant, j’estime que nous avons nous aussi un nom à défendre. Nous avons à mon sens bien préparé ce rendez-vous afin que nos joueurs soient prêts sur tous les plans le jour J ; on doit sortir le match qu’il faut. Je pense que c’est un match où beaucoup de nos joueurs vont disputer la première demi-finale dans leur carrière de la LDC. Ils ne doivent pas rater cette occasion. Notre objectif est de tenter de repartir avec une bonne performance ». Pour rappel, la dernière opposition officielle entre les deux clubs a tourné en faveur des Sétifiens (1-1 puis tirs au but). C’était en janvier 2015 à Blida en Super Coupe d’Afrique.

@Cheikh Mabele