Le football libyen voit-il la sortie du tunnel dans lequel il est entré pour le première fois en 2011 au lendemain de la chute du régime du colonel Moamar Khadafi  et des troubles qui l’on suivi et n’ont pas cessé depuis? La Fédération internationale de football (FIFA) avait alors interdit aux clubs et sélections libyennes pour des raisons de sécurité d’organiser des matches internationaux à domicile.

Le stade Benghazi, anciennement  Hugo Chavez stadium

Le stade Benghazi, anciennement Hugo Chavez stadium

Une interdiction à peine levée en 2013 avant d’être réimposée quelques mois plus tard.Cette fois, on semble approcher de la solution. En effet, le Fédération libyenne de football (LFF) vient d’informer le public que cette restriction est en voie d’être supprimée notamment après une récente visite d’une délégation de la Confédération africaine de football (CAF) pour inspecter les installations et la situation sécuritaire dans le pays. C’est ce qu’a annoncé  son président, Abdulhakim Al-Shalmani, dans un message posté sur Twitter : « J’ai une bonne nouvelle aujourd’hui, en particulier pour les fans de football et tous les Libyens, qui est la levée de l’interdiction totale de tous nos stades, en particulier l’interdiction en termes de sécurité ».

L’imminence de la décision devrait permettre par exemple au Ahly Benghazi seul club libyen qualifié pour la phase de groupes de la Coupe de la Confédération  de recevoir les Algériens de l’ES Sétif dès le 17 mars et l’équipe nationale d’accueillir le 24 mars  les Aigles de Carthage dans le cadre de la cinquième  journée des éliminatoires de la CAN 2021. Une affaire à suivre dont la conclusion positive rétablirait une terrible injustice pour les footballeurs libyens.

@2022mag.com