2022mag consacre depuis la semaine passée une série dédiée aux futures stars du football arabe. Aujourd’hui, l’avant-dernier épisode s’intéresse à l’attaquant égyptien, meilleur buteur du dernier tournoi préolympique africain.

C’était il y a six mois déjà. Mais l’Egypte n’a pas oublié ceux qui ont rendu un peu de sa fierté à son football, après une CAN 2019 totalement ratée par les Pharaons. Eux, ce sont les U23, vainqueurs au Caire du tournoi préolympique aux dépens de la Côte d’Ivoire (2-1). Avec en sus, le titre de meilleur joueur pour Ramadan Sobhy, pépite numéro un de cette série. Et puis, le grand (1m85)  Mostafa Mohamed, auteur de quatre buts durant le tournoi et sacré meilleur buteur de l’épreuve. A l’issue de cette épopée, nos confrères de Kingfut écrivaient à son sujet : « Il a prouvé qu’il possédait les qualités pour devenir l’attaquant numéro un du pays dans un futur proche. Il est grand et fort, bon avec ses pieds et plus important, a l’œil aiguisé pour marquer. »

Effectivement. Trois de ses buts sont venus sur des coups de tête où on l’a vu littéralement dominer de la tête et des épaules ses adversaires. Mostafa Mohamed a 22 ans et, déjà, on lui prête un avenir doré, tant en club qu’en sélection. L’Egypte, il est vrai, cherche toujours un successeur à Hossam Hassan. Les prétendants furent nombreux, de Mido à Meteab en passant par Amr Zaki. Mais le trône reste vacant.

Mostafa Mohamed, Zamalek

Mostafa Mohamed, Zamalek

Né à Gizeh, tout près du Caire, Mostafa Mohamed est un pur produit, tiens tiens, du Zamalek, comme un certain Mido. Mais le secteur offensif étant embouteillé, comme bien souvent chez les Chevaliers Blancs, il sera prêté à El-Dakhleya en 2016-17 pour apprendre le métier. Rebelote la saison suivante où le président Mortada Mansour l’envoie renforcer Tanta SC. De ces deux exercices, on ne sait pas grand-chose si ce n’est que Mostafa ne s’y révèle pas vraiment un attaquant efficace.

Toujours en apprentissage, il est une fois encore prêté la saison dernière, cette fois à Tala’ea El Geish. Il faut croire que le jeune homme va y trouver enfin le déclic. Il dispute 28 matches et surtout, inscrit 12 buts, ce qui fait de lui le 6e meilleur buteur du pays. A seulement trois longueurs de Mahmoud Alaa (Zamalek) et devant Kahraba (11). Il n’en faudra pas plus pour que son club formateur ne se décide à l’intégrer définitivement au groupe pro à l’été 2019. Il effectue d’ailleurs ses débuts en septembre en demi-finale de la Coupe nationale contre l’Ittihad Alexandrie. Remplaçant, il entre en jeu et inscrit le but de la victoire en prolongation (1-0).

Le coup d’essai s’avère un coup de maître. Il sera titularisé une semaine plus tard pour la finale contre Pyramids, remportée 3-0. Son premier titre sous le maillot blanc-rouge du club cairote. En championnat, le coach Français Patrice Carteron a compris tout le bien qu’il pouvait obtenir de ce joueur en pleine confiance. Avant l’arrêt de la D1 pour cause de pandémie de Covid-19, Mostafa Mohamed est apparu à treize reprises et a marqué cinq buts. Idem en Ligue des champions d’Afrique, où le jeune attaquant a aidé son club à atteindre le cap des demies. Une belle réussite en l’espace d’un an !

CAF-Egypt

Naturellement, un tel talent finit par attirer le regard des sélectionneurs nationaux. Déjà, avant d’être le héros de la CAN U23, Mostafa Mohamed avait été appelé chez les U20 lors de la CAN 2017. En Zambie cependant, l’Egypte est incolore et sort dès le 1er tour après deux nuls et une défaite. Mostafa inscrit cependant un but et délivre une passe décisive.

Il lui faudra donc patienter jusqu’en novembre 2019 pour casser la baraque devant le public cairote. Il dispute les cinq matches de l’épopée préolympique, et marque contre le Mali, le Ghana avant de réussir un doublé contre le Cameroun. Quelques mois auparavant, en mars, le sélectionneur des A, Aguirre, lui a offert son premier match contre le Niger (1-1) lors de la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2019. Trois jours plus tard, il est titularisé contre le Nigeria en amical (0-1).

Forcément, un tel talent offensif devient vite une cible pour les clubs européens, qu’ils soient britanniques, français ou néerlandais. L’hiver dernier, il aurait ainsi été question des Glasgow Rangers du coach Steven Gerrard, qui se seraient intéressés à son profil de démolisseur de défenses. Une intention depuis officiellement démentie par le club écossais… Pour l’heure, l’homme aux huit buts + trois assists en 24 matches (toutes compétitions confondues) demeure la propriété chérie et protégée du Zamalek présidé par le fantasque Mortada Mansour. Mais cela ne saurait durer éternellement…

@Samir Farasha

Demain, vous retrouverez l’épilogue de cette série sur les pépites du football arabe, avec un dixième et ultime épisode consacré à la perle irakienne Mohanad Ali.