Qatrième  épisode de notre nouvelle série consacrée pendant deux semaines aux principaux championnats arabes.  Aujourd’hui  nous  nous intéressons  à l’Algérie qui ne connait pas encore la date de la reprise de la compétition. Si cette dernière devait vraiment reprendre. 

La reprise. Stoppé net dès la mi-mars en raison de la pandémie du coronavirus, le championnat d’Algérie de Ligue est plongé dans un coma artificiel  et personne n’est en mesure de donner une date à son réveil. On sait une seule chose, c’est que rien ne se passera avant le 15 juin qui correspond à la la nouvelle date d’une sortie éventuelle du confinement. La dernière réunion officielle mixte tenue le 10 mai entre le ministère de la Jeunesse et des Sports  et la  Fédération algérienne de football (FAF) n’a abouti à aucune décision. C’était  plutôt wait and see dixit le  patron de la Ligue de Football Professionnel (LFP):  « Au cours de notre réunion , avait  confié Abdelkrim Medouar, tout le monde était unanime à dire qu’il était prématuré de se prononcer sur une éventuelle reprise du championnat, tant que le confinement est en vigueur. Tout sera tiré au clair après le déconfinement, c’est à partir de là qu’on pourra trancher la question », Et comme partout, le petit monde du football est partagé entre ceux qui veulent abosolument reprendre le cours des événements et ceux qui plaident pour un clap de fin  qui figerait les positions.

52676584_1918921091550059_8817226735205482496_n

La situation:  à la date du  16 mars  e 22 journées disputés  sur les 30 que compte  la compétition, c’est le CR Belouizdad entraîné  par le Français Franck Dumas qui mène la danse avec trois points d’avance sur le duo ES Sétif et MC Alger et quatre sur la JS Kabylie. Toutefois,  CRB Et MC Alger ont un match en plus à jouer. L’USM Alger, le champion sortant, relégué à 11 longueurs, est en principe définitivement largué. Aux deux tiers de l’épreuve, le Chabab de Belouizdad mérite largement sa position et si les autorités devaient  figer les positions, il ne ferait pas un mauvais champion. C’est l’équipe qui a perdu le moins de matches (3), possède la meilleure défense  et surtout elle a réussi  à faire de gros résultats dans les duels face à ses trois concurrents dans la course au titre.  Six points face à la JS Kabylie (3-0, 3-1), un succès devant  l’ES Sétif (1-0)  et un partage des points en déplacement face au MC Alger (2-2). En attendant les matches retour. En ce qui concerne la zone de relégation, le  NC Nagra (16e), Nasr Hussein-Dey (15e) at à moindre degré l’US Biskra semblaient de toute façon mal parties avec respectivement 11 et 13 défaites en  22 journées. C’est beaucoup pour espérer se maintenir.

 Iheb Belhocini, USM Bel Abbès

Iheb Belhocini, USM Bel Abbès

Les buteurs. Ils sont trois à occuper la première place avec dix buts chacun. Le finisseur de l’Abdenour Iheb  Belhocini  (24 as) qui présente le meilleur ratio but-match (0,50) devant celui  du CS Constantine, Amine Abid (0, 50) et le presque vétéran Mohamed  Tiaiba (0,46). A noter  tout de même que Belhocini a tiré plus de penalties  (4)  que ses deux concurrents  (2).  Mais ces trois-là n’ont sans doute aucune chance d’égaler encore moins de battre le score réalisé en 2018-2019 par l’Académicien du Paradou, Z Naidji (19 buts en 27  matches. Derrière ce trio  Sammy  Friou (MC Alger) est à l’affût avec 9 buts, suivi d’un autre trio avec  7 buts, composé de Yousri Bouzok (Paradou AC), Houssem Eddine Ghacha (ES Sétif) et Abdelkrim Zouari (USM Alger). Le meilleur buteur du leader belouizdadi, Amir Sayoud (30 ans) n’est que dixième avec 4 réalisations.Très peu pour mener l’attaque du plus grand prétendant au titre national.

@Cheikh Mabele