La finale de la Ligue des champions d’Afrique ressemblera fortement un classique du continent. Elle opposera en effet Al Ahly, octuple champion d’Afrique, et l’ES Tunis, deux fois vainqueur et un habitué du dernier carré de la plus prestigieuse compétition africaine de clubs.  

L’Espérance de Tunis  dans la douleur

Pour déboucher  sur cette affiche exceptionnel et ce derby nord-africain. Les Espérantistes ont du bataille ferme pour battre les Angolais du Prrimeiro do Agosto (4-2). Vainqueur lors de la manche aller (1-0), le club miliaire de Luanda a donné du fil à retorde aux coéquipiers de Taha Yassine  Khenissi  en ouvrant le score par Geraldo dès la 8e minute, mais l’EST revint dans le match  grâce à des  buts signés  Youssef Belaïli (17′), Yacoubi (27 ) et Jouini (60′). San pourtant assurer son billet pour la finale puisque  Bokambar réduisit le score et obligea les Sang et Or à marquer une fois de plus . ce qu’ils firent par le biais de Anice Badri à cinq minutes de la fin du temps réglementaires. A noter que le match a été entaché par de incidents impliquant une frange des ultras.La  sanction de la CAF s’annonce très lourde pour le club tunisois.

L’ES Sétif a vendu chèrement sa peau

 Al Ahly  photo cafonline.com)

Al Ahly photo cafonline.com)

De son côté, l’ES Sétf n’a pas réussi l’impossible devant son public. Les Aigles Noirs devaient inscrire rire au moins trois buts pour espérer effacer la défaite subie au Caire face au Ahly (0-2); A l »heure de jeu, dans une ambiance exceptionnelle et fraternelle au stade du 8 mai 1945, l’ESS a vu sa situation s’aggraver après l’heure de jeu lorsque  Sulayman  ouvrit le score à la suite d’un contre express des protégés de Patrice Carteron. Mais il était dit que  les Noir et Blanc n’allaient pas rester sur une telle contreperformance. Menés par leur excellent meneur de jeu Abdelmoumène Djabou, ils renversèrent la vapeur en inscrivant deux buts en l’espace de  trois minutes par  Bakir (64′) et Ghacha (67′). Le dernier quart ‘heure ressembla à un calvaire pour les coéquipiers de Walid Azaro tant le danger plana lourdement devant leur buts. In fine, l’équipe de Sétif rendit les armes avec les honneurs  et a été saluée puissamment par ses supporters au coup de sifflet final. De son côte, Al Ahly, a confirmé qu’il était bien le toi du football africain. Après son échec en finale face au Wydad Casablanca  en 2017, il espère faire mieux dans un mois face à l’ES Tunis afin d’aller chercher ce neuvième titre continental qu’il attend depuis 2011.

@2022mag.com